Non à la fermeture de l'INAO à Bergerac

Publié le par Fabien Ruet

Non à la fermeture de l'INAO à Bergerac

Après le Conseil général de la Dordogne, le Conseil municipal de Bergerac, la Communauté d'Agglomération Bergeracoise se mobilise à son tour contre la fermeture annoncée du site de l'INAO de Bergerac. Nous avons adopté, hier soir, une résolution à l'unanimité pour nous opposer à cette décision aussi inutile que néfaste, au nom d'une certaine idée de l'agriculture et du service public de proximité.

 

Les missions de l’INAO. L'Institut National de l’Origine et de la qualité est un établissement public administratif placé sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Par la loi d'orientation agricole du 5 janvier 2006, il est chargé de la mise en œuvre de la politique française relative aux produits sous signes officiels d'identification de l'origine et de la qualité. Pour remplir ses missions, il est indispensable que l'INAO maille au mieux le territoire national afin d'être au plus proche des agriculteurs. Jusqu'à présent l'Institut était constitué de 8 unités et de 25 sites.

 

L'agriculture de qualité en Dordogne. En Dordogne, une grande partie de notre réputation de terroir d'exception repose sur une politique volontariste des professionnels de l'agriculture à développer les signes officiels de qualité. Nous y dénombrons 18 Appellations d’Origine Contrôlée, 8 Indications Géographiques Protégées, près d’une dizaine de labels rouges, 4 marques nationales et 1 marque collective. La majorité de nos productions agricoles départementales sont sous signes officiels de qualité. La présence de l’INAO est ainsi un service public de proximité indispensable à l’agriculture de la Dordogne et à la viticulture bergeracoise. Grâce à son encadrement, la Dordogne a pu devenir le premier département français en matière de conversions en agriculture biologique. C'est généralement pour l'agriculteur concerné une démarche très longue et très technique qui requière le plus grand des suivis.

 

L'INAO à Bergerac. De par son implantation au sein du Pôle Viticole de Vallade, à Bergerac, les agents de l'INAO y ont démontré une démarche tout à fait exemplaire des objectifs nationaux de l'Institut. Il s'agissait de « favoriser l’émergence de réseaux locaux pour assurer le développement à long terme des signes officiels ». Dans cette perspective, son principal atout de l’INAO était de pouvoir assoir son expertise sur la qualité de son maillage territorial. Ainsi, grâce au dynamisme de notre filière viticole et de ses 13 AOC, le pôle viticole de Vallade est devenu l'exemple même de ce réseau local en constituant un guichet unique pour l'ensemble de nos viticulteurs. Outre l’INAO, les viticulteurs pouvaient également se rapprocher des services du pôle technique du Conseil Interprofessionnel des Vins de la Région de Bergerac, du laboratoire, des services des douanes et des fraudes, des instances de la Fédération des Vins et des représentations des différentes inter-professions.

 

La fermeture du site de l'INAO de Bergerac est une hérésie comptable et une atteinte à notre agriculture de qualité

 

Une fermeture inacceptable. Faisant suite à un « Plan d’avenir et d’excellence » en 2012, qui d'excellence ne porte vraiment que le nom, l’INAO s’engage dans un processus de centralisation régionale de ses services qui conduirait à la fermeture de 10 sites en France, dont celui de Bergerac. Cette fermeture, au sein du Pôle Viticole de Vallade, entraînera la délocalisation de ses 5 postes. Au désordre et au chamboulement de la vie de ses agents, bien implantés sur notre territoire, la fermeture du site de l'INAO de Bergerac est une hérésie comptable et une atteinte à notre agriculture de qualité. Elle est une attaque en règle contre le service public de proximité. Elle va à l'encontre des efforts déployés par les agriculteurs. Elle entraînera une perte économique pour le pôle viticole qui devra compenser cette perte de loyer. Elle conduit à une centralisation régionale excessive qui ne génèrera aucune économie d'échelle, aucune mutualisation utile à la politique des signes officiels de qualité. Elle éloignera un peu plus l'administration des agriculteurs au sein d'une profession où les relations ne sont pas toujours faciles. Enfin cette décision de fermeture, si elle devait s'appliquer, est une nouvelle atteinte à la situation de l'emploi en Bergeracois, après l'ESCAT, la SNPE et Météo France (autre partenaire indispensable des agriculteurs).

 

En conséquence, la Ville de Bergerac et la Communauté d'Agglomération, après le Conseil général de la Dordogne, par un vote unanime de leurs assemblées respectives, soutiennent la mobilisation des personnels de l'INAO contre ce projet de fermeture. Ils affirment leur ferme opposition à cette fermeture. Nous demandons au Ministre de l'Agriculture de procéder à un réexamen de ce projet.

L'INAO est au coeur du Pôle Viticole de Vallade à Bergerac, guichet unique pour la viticulture.

Publié dans Engagements et humeurs

Commenter cet article

Claude Viguié 01/07/2013 12:56

Excellent travail d'information, bravo !

LACOMBE FRANCOISE 01/07/2013 12:02

Etant ancienne Courtiers en Vins, ayant connu la période des labels pour la qualité des vins, je vois que malheureusement, le processus engagé depuis fort longtemps (la période J.CHIRAC) sur la décentralisation (ce qui n'est pas un mal) à condition qu'elle ne se fasse pas, dans le but uniquement de détruire le public, pour le donner au privé de façon à enrichir encore plus les puissants groupes financiers., et satisfaire BRUXELLES . Car, il faut savoir que c'est la Communauté Européenne, qui veut rendre les plantations de vignes et le vin totalement libre. Pourquoi, tout simplement parce que à terme, de grosses sociétés privées vont venir s'installer pour s'approprier les vignobles et faire de l'argent avec, sans contraintes, sans rien. A l'époque où les vins étaient labellisés, les contrôles étaient faits et les propriétaires pouvaient vendre leurs vins, sans problèmes, maintenant que les labels sont supprimés, si le propriétaire veut vendre du vin, il est obligé d'en informer un organisme privé (je ne me souviens pas du nom) qu'il a vendu son vin. Normalement cet organisme doit venir pour contrôler le vin, avant qu'il ne parte chez le négociant, mais bien souvent, comme bien entendu, ils ne sont pas assez nombreux, ils viennent une fois le vin parti chez le négociant.
Tenez vous bien, à ce moment là, si l'organisme privé veut aller jusqu'au bout, il peut aller contrôler chez le négociant et croyez moi ils savent faire. (Source donnée par un viticulteur) Donc, j'estime qu'effectivement Fabien a raison d'informer les gens de ce qui se passe, et son blog est très bien, mais, je pense qu'il devrait également demander une mobilisation contre la fermeture de l'INAO a tout le monde, car, ce qui se passe à BERGERAC nous intéresse tous. Personnellement si je puis me permettre je m'associe à cette mobilisation contre la fermeture de l'INAO qui va encore provoquer des licenciements, qui s'ajoutent bien entendu en DORDOGNE, à ceux de CONDAT, et tant d'autres.

Claude Viguié 01/07/2013 12:54

Absolument d'accord avec Françoise en te remerciant Fabien pour tonl remarquable travail et pour la diffusion de cette information .

chaucheil.michel 25/06/2013 20:28

non a la fermeture de l inao

WOLFF 25/06/2013 16:11

Que faire quand un gouvernement n'arrête pas la casse commencé par celui de la Droite sarkozienne !
Est- ce ainsi qu'on remercie les électeurs de Dordogne pour avoir mené 4 députés socialistes et une verte ( un accident voulu par Martine Aubry!). au parlement? Et comme le disent si bien les 2 autres commentaires il va falloir peut- être agir contre ces ordres d'une façon énergiques!
Merci pour toi qui nous permet de nous exprimer librement sur ton blog de première bourre!
Gérard Wolff. socialiste lindois.

Claude Viguié 01/07/2013 12:59

Merci pour cette réaction. Ce n'est pas avec la réaction de WOLFF que la gauche recapitalisera des voix...

DUBOT 30/06/2013 22:49

Bonjour,
La réponse de WOLFF montre le grand esprit d'ouverture de certains socialistes!!!!!
Merci aux autres d'accepter de travailler avec l'accident voulu par Martine Aubry (une grande dame au demeurant).

Debrégeas 25/06/2013 09:40

Eh encore un de plus en moins!!!
Qui sera le suivant?Quelles dégringolades dans les services publiques et dans les entreprises de notre périgord !!!! Aprés Météo France,la SNPE,l'Escat,Télédiffusion de France,Orange ,la Poste(et j'en oublie) voici l'INAO qui entraine des suppressions d'emploi.En terrassonnais on rajoute les 150 emplois qui passent à la trappe avec un avenir bien sombre pour les papeteries de Condat.
Cette situation n'augure rien de bien sur le plan économique et social pour les jeunes générations qui arrivent sur le marché du travail:"vivre et travailler au pays" devient de plus en plus une utopie.
Attention cette désespérance risque d'être la cause essentielle de la montée du FHaine et des conséquences désatreuses pour la démocratie et les libertés.
Merci Fabien pour ton travail et permettre de pouvoir donner son avis.
Continue à informer comme tu le fais:afin que les gens ne se sentent pas exclus ,il est nécessaire de les informer et de les faire participer à la vie de la cité le plus que possible.
Salut à toi.

INAO Bergerac 27/06/2013 10:32

http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2013N41362

Voici le lien vers la pétition nationale.

André NOUGUEY 25/06/2013 13:52

Lançons une pétitions grande échelle sur la CAB. Sortons des sentiers battus, innovons par des idées originales et coup de poing. Car je pense sincèrement que le dialogue et les pleurs ne suffiront plus à attendrir le gouvernement en place, comme le précédent d'ailleurs.