L'avenir commercial de Naillac

Publié le par Fabien Ruet

L'avenir commercial de Naillac

 

Le Conseil municipal était appelé à autoriser Monsieur le Maire à signer une convention de cofinancement avec la Caisse des Dépôts pour une étude de préfiguration commerciale du quartier de Naillac. Je vous rappelle que nous avons choisi de confier à notre société d’économie mixte, Urbalys Habitat, la mission d’aménager le quartier de Naillac, dans le cadre d’une concession d’aménagement qui suppose l'acquisition des locaux commerciaux et leur démolition, la viabilisation et la commercialisation des terrains en vue de la réalisation de 10.400 m² de logements et 3.320 m² de surfaces commerciales et bureaux à minima. Certains équipements seront également à sa charge comme le réaménagement de la rue A. Daudet, une partie du mail piéton et la place centrale où la halle de marché deviendra le symbole du renouveau de ce quartier.

 

Aujourd’hui le chantier du Pôle Emploi entre dans sa dernière phase. Les travaux d’aménagement du grand mail piétonnier ont débuté en septembre. Dordogne Habitat s’active, de son côté, à livrer les 37 nouveaux logements du quartier dans le cadre des quatre résidences de l’allée Maurice Béjart. Préalablement au lancement de l'opération de concession, nous avons souhaité connaître les possibilités de développement commercial sur le quartier. Pour cela, le cabinet Objectif Ville a réalisé une première étude en vue de préciser la zone de chalandise, de dresser un état des lieux de l'offre commerciale et de dégager des hypothèses d'implantation. Il en est ressorti un scénario à minima et réaliste qui nous permette de transférer les commerces en place et engager la prospective et les négociations pour favoriser l'installation d'une surface alimentaire de type supérette. Le besoin d’une petite surface de proximité apparaît comme étant le plus adapté aux spécificités du quartier. Une nouvelle offre commerciale et de service pourrait également être orientée vers une activité de reprographie et de cyber-espace en lien avec les nombreux établissements scolaires et universitaires à proximité. Il pourrait également s'ajouter une agence intérim, des locaux associatifs privés et naturellement le projet de pôle médical pour la rive gauche de Bergerac, en lien avec le Contrat Local de Santé.

 

L'étude a également souligné le potentiel d'attractivité du quartier qui proposera un environnement entièrement rénové et des équipements publics importants. Elle note par ailleurs la nécessité de maintenir une visibilité forte des commerces depuis le boulevard et une offre de stationnements adaptée en conséquence.

 

Nous nous efforçons de ne jamais tomber dans l’effet de vitrine mais de toujours mettre l’habitant au cœur du projet. Si nous avons réussi le pari de l’ANRU sur Naillac, c’est aussi et surtout grâce à la démarche active de démocratie participative que nous avons mise en place dans le cadre des gestions urbaines de proximité. Plus d’une dizaine de réunions avec les habitants et de pieds d’immeubles aura été nécessaire pour faire bouger le quartier. Nous poursuivons, maintenant cette démarche, avec les locataires et les propriétaires de la barre commerciale.

 

Cette première partie de l’étude de 11.915,15 euros est financée par la caisse des dépôts à hauteur de 6.000 euros et le reste par Urbalys Habitat. Une seconde phase de l'étude sera portée par notre société d’économie mixte dès lors que notre schéma d'aménagement sera définitivement arrêté, dans le cadre de la concession d’aménagement. Il sera alors question de positionner les cellules commerciales et bureaux et affiner la configuration des locaux.

 

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wolff 03/10/2013 09:46

Vici ce que j'appelle de l'urbanisme "raisonné"...Concertation, études d'impact, faisabilité finacière..
Bref, "de la belle ouvrage"dirait le géographe E. Reclus un presque voisin.
Continue Fabien, tu est en train, avec l'appui de tout le conseil de transformer ta cité dans le bon sens.
G. Wolff