Info-Travaux N°4 : rue de la Résistance

Publié le par Fabien Ruet

Les travaux de la rue de la Résistance progressent de manière spectaculaire.

Les travaux de la rue de la Résistance progressent de manière spectaculaire.

Cette seule photographie peut en témoigner puisqu'elle a été prise il y a un mois quasiment jour pour jour. Longtemps fantasme, le chantier emblématique de la revitalisation du Centre-ville de Bergerac tient toutes ses promesses. Je vous invite à relire mes précédentes chroniques consacrées à ce chantier, notamment celles du mois de janvier. A l'époque, nous étions au pic de la polémique, souvent alimentée par quelques esprits grincheux. Je n'avais de cesse de rappeler que l'état d'esprit général passerait par quatre phases successives.

 

La première était proche de l'inquiétude, liée à un changement d'habitude dans nos modes de déplacement. La deuxième était étroitement liée à la mise en oeuvre des travaux. A ce stade, le mécontentement et la "ronchonnerie" doivent trouver un exutoire : une rue fermée pour travaux est généralement la bonne solution. La troisième phase était celle de la curiosité : l'apparition des premiers pavés sur la la rue de la Résistance laisse deviner une amélioration notable du paysage urbain. Plus le chantier progresse, plus le pari global de l'aménagement urbain se laisse alors deviner. La phase très importante de la curiosité est aujourd'hui encore bien entretenue. Elle laisse progressivement la place à celui de l'impatience de pouvoir découvrir et profiter de la rue dans son aménagement final. La livraison du mobilier urbain sera l'étape décisive. Ces quatre phases sont généralement de précieux indicateurs pour mesurer de l'efficacité ou de la réussite d'un projet urbain : Inquiétude, Mécontentement, Curiosité et Impatience. C'est mon petit théorème du jour.

 

Du point de vue du chantier à proprement parlé, tandis que le révetement des nouveaux trottoirs se poursuit, nous continuons à valider un certain nombre de choix techniques. Il en sera ainsi des futures jardinières mobiles qui seront intégrées dans un cycle végétatif à l'échelle de la gestion des espaces verts de la ville dans son ensemble. Je m'explique. Les jardinières de la rue de la Résistance devront être appréhendées comme des pépinières urbaines au sein duquel les sujets végétaux progresseront avant leur plantation définitive en ville. Par ailleurs, et pour la première fois en ville (encore un signe des retards accumulés par le passé), les équipes techniques ont procédé à l'installation des premiers containers enterrés pour les ordures ménagères du secteur. Ce chantier spectaculaire, le long du Palais de Justice a été livré sans difficulté.

 

Désormais le chantier se dirige vers son terme le mois prochain et sera livré sans retard.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article