Fin de chantier rue de la Résistance

Publié le par Fabien Ruet

Une visite de fin de chantier est toujours une bonne nouvelle.

Une visite de fin de chantier est toujours une bonne nouvelle.

Nous sommes le 14 juin. Oui,... et alors ? Allez-vous me répondre ! Nous sommes le 14 juin et le chantier de la rue de la Résistance est terminé. C’est naturellement une immense satisfaction que de constater à la fois le travail accompli et de démontrer, une nouvelle fois, que nous tenons nos engagements. L'essentiel du chantier de la rue de la Résistance s'achève le  jour annoncé dès le lancement des travaux. Hier soir, le Maire de Bergerac nous a invité à une réunion de fin de chantier pour ce qui restera un des plus gros chantiers d’aménagement urbain engagé en Centre-ville depuis de nombreuses années.

 

La rue de la résistance en majesté. Transfigurée, surprenante, agréable à vivre, paysagère, piétonne, les qualificatifs ne manquent pas pour essayer de rendre compte de cette nouvelle réalité urbaine. Le pari a été tenu et la Ville de Bergerac dispose désormais d’une artère commerçante qui lui permet, par sa nouvelle attractivité, de mieux résister à la concurrence des centres commerciaux. Ici, c'est le plaisir de déambuler, le cadre de vie qui fait la différence. Nous avions l’ambition de redonner la rue aux piétons et de canaliser la circulation automobile, de nous doter d’infrastructures qui permettent d’améliorer notablement le cadre de vie de tous les bergeracois. En privilégiant les déplacements doux (piétons et cyclables), en optant pour des matériaux nobles de construction, en respectant l’ensemble des normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, la rue de la Resistance est aussi une vitrine d’une politique d’aménagement urbain qui s’inscrit dans une démarche de développement durable.

 

Visite guidée. Je vous invite, à mon tour, à une petite visite privée. Nous sommes à l’entrée de la rue de la Résistance, aux débouchés du Palais de Justice et des locaux de l’ancienne Banque de France. Quelle surprise que de constater à quel point le nouvel aménagement urbain donne une impression de majesté à la rue. Nous n’avons pas poussé les murs mais la voie réduite à un seul axe de circulation et le recouvrement des trottoirs en pavés entraînent une nouvelle perception visuelle qui rend mieux compte des proportions de la rue. Les jardinières offrent une touche heureuse et élégante de fraicheur et ponctuent harmonieusement le trajet. La question de la gestion des déchets n’a pas été oubliée puisque des containers enterrés permettent d’apporter une réponse aussi efficace qu’esthétique aux besoins en la matière liés à la très forte activité commerçante. Le mobilier urbain ne sombre pas dans les caricatures habituelles d’alignements de potelets et autres barrières. Ici, le choix a été fait de jouer entre différents mobiliers pour créer à la fois un rythme, offrir plusieurs points d’assises et empêcher le stationnement sauvage. Au débouché de la rue du Colonel de Chadois, une placette marque une nouvelle rupture dans l’aménagement urbain. Le piéton reprend ses droits et la voiture est juste tolérée. Déjà, au loin,  des grands parasols protègent des clients à la table de l’une des brasseries de la ville. Ici, le commerçant respecte les nouvelles obligations réglementaires en matière d’occupation de l’espace public pour les terrasses. Plus loin, un espace détente recouvert de bois a été aménagé pour permettre au promeneur de se reposer. La nuit, l’ensemble de la rue est éclairé par des appareils de dernière génération à LED qui permettent des économies d’énergie et offrent un climat sécurisant au promeneur.

 

D’ores et déjà, nous nous projetons dans l’avenir et nous préparons le chantier de la rue Saint James et de la future place de l’Europe. Le travail continue. La belle endormie s'est éveillée.

Commenter cet article

WOLFF 14/06/2013 16:13

Cher Fabien,
Je n'ais pu voir que de loin cette fameuse rue de la Résistance, nom donné à cette artère en l'honneur de tous ceux qui se sont battus pour que la France se demette du joug nazi durant la 2° guerre mondiale.
J'avoue qu'elle a de la "gueule", avec ses pavés, son aire de repos, mais encore une fois, je persiste et signe: pourquoi privilégier les transports doux!...Nous ne sommes ni à Périgueux ni à Bordeaux, et encore moins à Paris où la pollution mais bien d’autres moyens de transports en commun existent!
Je pense sincèrement que cette rénovation ne bénéficiera qu'aux commerçants et aux troquets riverains, et ce n'est pas comme cela que les commerçants du centre ville pourront concurrencer les grandes surfaces de la périphérie de la ville. Pourquoi? Car seules les personnes à bon pouvoir d'achat vont y trouver leurs comptes! Et les autres, sans emplois, jeunes, smicards, "banlieusards", populations d'origine maghrébines ou asiatiques... continueront à aller dans les supers et hypers bergeracois car c'est tout simplement beaucoup moins cher!
Je ne paie pas mes impôts locaux à Bergerac mais si c'était le cas, cela me gâcherait le plaisir de les payer (oui, pour moi c'est une joie de régler mes impôts locaux et sur le revenu car je peux le faire) en voyant ce qui a été mis comme argent dans la rénovation de la rue de la Résistance pour le seul plaisir de faire du beau, pour plaire à une certaine catégorie de la population. Ce n'est pas, personnellement ce que j'attends d'une municipalité socialiste.
Bien entendu je sais que tu vas me répondre avec ta malice habituelle, mais ce n'est pas toi, Fabien que je vise particulièrement, et tu le sais bien.
G. WOLFF, socialiste pas toujours content.