Bergerac : la belle endormie s'est réveillée

Publié le par Fabien Ruet

Chantier emblématique pour le renouveau du centre-ville, la nouvelle rue de la Résistance s'inscrit dans une approche globale de redynamisation de Bergerac.

Chantier emblématique pour le renouveau du centre-ville, la nouvelle rue de la Résistance s'inscrit dans une approche globale de redynamisation de Bergerac.

Avec la rentrée approchant, je vous propose de nous retrouver autour d'une contribution pour la revue Ensemble. Souvenez-vous, il y a un peu plus de 5 ans, nous annoncions notre intention de réveiller la belle endormie. Nous avons souhaité mettre en place une politique structurante en matière d’urbanisme. Après des années d'inertie municipale en la matière, il était urgent de rentrer dans l'opérationnel pour concrétiser le projet de développement qui avait fait le succès du programme électoral de la nouvelle équipe municipale : réveiller la belle endormie. Ainsi, par exemple, le chantier important de la rue de la Résistance n’a jamais été dissocié d’un programme politique plus ambitieux de redynamisation du Centre-ville où l’objectif est à la fois d’y connecter les quartiers périphériques, d’offrir à chacun un logement décent, d’attirer de nouveaux habitants et de jouer la carte géostratégique de porte d’entrée du Périgord.

 

Une politique plus cohérente. La connexion des quartiers périphériques a été facilitée par la rénovation complète des rue Saint Martin et de la Boétie. Le boulevard Jean Moulin est devenu la principale entrée de ville depuis l’autoroute. Pour accompagner les efforts du Conseil général en matière de désenclavement du bergeracois, la Ville a su anticiper les nouvelles logiques de déplacements générées par l’achèvement du contournement routier. Un Plan Global des Déplacements a été mis en place, un service de transports à la demande a été créé. La gare de Bergerac a été réaménagée en pôle intermodal de transports. Au Nord et au Sud de la ville, les quartiers de Naillac et de la Catte ont été complètement repensés afin de les intégrer dans une véritable dynamique urbaine à l’échelle du territoire communal. Près de 80 millions d’euros auront été investis en 5 ans. Plus de 400 logements auront été démolis et plus de 500 nouveaux logements auront été construits. Aucun quartier n’aura été laissé au bord du chemin. La cité Jean Moulin (plus de 300 logements en centre-ville) aura été réhabilitée pour un investissement global de plus de 5 millions d’euros. Le quartier de Beauplan, construit dans les années 1960, aura été démoli et reconstruit en éco-cité où le développement durable est au cœur de ce renouveau.

 

Le logement pour tous. Saluée par la Fondation Abbé Pierre comme l’une des 10 villes de France qui fait le plus d’efforts en matière de logement social, Bergerac s’est également engagée à lutter contre l’habitat insalubre en mettant en place une Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat. Au-delà de cette nécessité de garantir à chacun un logement décent pour offrir un projet de vie à chaque bergeracois, les jeunes ménages et les séniors dynamiques sont de nouvelles cibles pour repeupler le Centre-ville. Les investissements privés y sont encouragés afin de permettre une première acquisition immobilière ou se dégager des contraintes de l’entretien du pavillon en périphérie. La construction d’une cinquantaine de nouveaux logements vient d’être lancée. Pour se rapprocher du Centre-ville, de ses services et des ses commerces, pour réduire les temps de déplacements au quotidien, Bergerac joue résolument la carte de l’attractivité.

 

Le tourisme, notre avenir. Porte d’entrée du Périgord, la ville de Bergerac assume pleinement cette ambition. Il suffit de se promener dans les ruelles de la vieille ville pour se rendre compte, au premier coup d’œil des embellissements réalisés. Les rues du Port, Gaudra, des Fontaines et Saint James sont devenues des sites incontournables pour découvrir le patrimoine bergeracois. Valorisant sa rivière Dordogne, restaurant son patrimoine historique ( Eglise Notre Dame, Orgues de Saint Jacques,…), rénovant ses musées, l’attribution du label Ville d’Art et d’Histoire pourrait venir concrétiser, avant la fin de l’année, ce retour au premier plan de la belle cité de Cyrano.

Publié dans Urbanisme

Commenter cet article