Vous souvenez-vous du jour où...n°5

Publié le

 

Le bibliobus municipal

 

Notre chronique de souvenirs intervient tôt cette semaine, en raison de l’agenda politique un peu chargé de ce soir : entre le Conseil municipal et le conseil communautaire. Aujourd’hui je vous propose un souvenir photographique qui me tient à cœur encore aujourd’hui dans les missions qui me sont confiées par Dominique Rousseau, maire de Bergerac. Nous avons, l’an dernier, évoqué la question de cette nouvelle délégation à la lecture publique. Notre chronique « Vous souvenez-vous du jour où… » se propose aujourd’hui de l’illustrer à travers le lancement du bibliobus municipal. C’est donc à la fois un souvenir à vocation politique et un souvenir plus personnel de l’écolier que j’étais encore dans les années 1980.

 

 

Vous souvenez-vous du  jour où le bibliobus entrait dans la cour de l’école ? Je vous le concède, le souvenir est vraiment personnel.  Il faut se souvenir des préfabriqués alignés entre les rangs de platanes, de l’ancienne école de Campréal.  On ne se souciait pas encore du confort des arbres et leurs racines se livraient à un combat acharné avec le bitume. Les déformations engendrées par cette gymnastique souterraine nous offraient de formidables terrains de jeux, toujours bien adaptés à des parties de billes interminables. A l’occasion de quelques maladresses, c’était aussi le cauchemar pour les genoux des enfants. Bref, la cour d’école était déformée et l’arrivée du bibliobus  se faisait bien plus sonore que l’écho puissant de son moteur diesel. Déjà, nous avions le nez rivé à la fenêtre tandis que notre instituteur (un clin d’œil à Jacques Lamourane) tentait vainement de nous ramener aux intérêts de la maîtrise de la technique de la multiplication ou de la division. Le bibliobus garé, il fallait voir Rémi son conducteur en descendre pour en ouvrir la porte latérale. C’était le signal et toujours le même cérémonial qui s’en suivait. Nous nous précipitions en rangs plus ou moins ordonnés pour remplir la caisse de livres de la classe, pénétrant dans le véhicule magique les uns après les autres. Nous étions parfois un peu impressionnés de rentrer dans cette « roulotte du savoir », en partie aussi en raison de la paire de moustaches de Rémi …

 

Ce bibliobus a inauguré à Bergerac une politique volontariste de lecture publique qui accompagnera la gestion municipale de la ville, tout au long de la décennie 80. Le bibliobus, avec sa belle livrée crème et pourpre, portait haut les couleurs de la Ville comme en témoignait l’immense blason qui le décorait sur son flanc. Décidé par le Conseil municipal en 1983, le bibliobus sillonne dès l’année suivante toutes les écoles de la ville et les centres sociaux. Il est un moyen ludique de familiariser les enfants avec le monde du livre en jouant la complicité du corps enseignant. Il était aussi une manière d’amener la bibliothèque au cœur de la cour d’école, à une époque où il n’y avait pas encore de centre de documentation dans chaque établissement scolaire. A la fin des années 1980, c’est une bibliothèque flambant neuve qui sera inaugurée à l’espace Bellegarde. Entre temps, notre vaillant bibliobus avait servi d’ambassadeur avec succès.

 

J’ai retrouvé dernièrement la trace de ce bibliobus. Il était à l’abandon à proximité de la salle du Petit Chat Noir. Sans doute avait-il été récupéré par la troupe de théâtre qui réside dans cette salle municipale. Au-delà du sentiment immédiat de tristesse de retrouver un souvenir de jeunesse à l’abandon, il y avait malgré tout comme un message d’avenir à exploiter. Le Conseil général de la Dordogne a fait l’acquisition d’une toute nouvelle génération de bibliobus. Demain, la Communauté d’agglomération de Bergerac doit mettre en place une politique de lecture publique à l’échelle de son territoire. Sans doute, l’idée du bibliobus accessible aux nouvelles technologies notamment méritera d’être étudiée. Je ne manquerai pas d’en défendre l’idée.

 

Commenter cet article