Urbalys Habitat résiste à la crise

Publié le

budget site

 

Comme chaque année, votre Conseil municipal a pour mission d'adopter le rapport d'activité de notre société d'économie mixte Urbalys Habitat (propriétaire de 500 logements sur notre commune). Nous nous sommes efforcés d'en faire un rendez-vous annuel consacré à la situation du logement social dans notre ville. L'objectif est non seulement de vous informer sur le bilan économique de la société mais surtout d'attirer votre attention sur le bilan social d'Urbalys Habitat. De cette confrontation entre bilan social et résultats économiques, nous avons pu établir un plan de gestion patrimonial destiné à contribuer au vivre ensemble des Bergeracois. Vous comprendrez qu'il sera sans doute nécessaire d'y consacrer quelques chroniques au sein du blog-notes.

 

Offrir son premier logement. C'est à l'occasion d'un précédent Conseil municipal que nous avions défini la politique du logement social comme une sorte d'amortisseur à bien des situations potentielles de détresse au sein de la ville. Aujourd'hui 84 % de nos locataires ont moins de 60 ans. Nous pouvons affirmer qu'Urbalys Habitat s'adresse en priorité aux forces vives de la cité. Mais ce chiffre doit être immédiatement corrélé au fait que 70 % de nos locataires bénéficient de l'Aide Personnalisée au Logement (APL). Pour notre seule société, cela concerne 213 ménages. Ces difficultés des conditions de vie de nos locataires sont une tendance lourde à laquelle l'ensemble des bailleurs sociaux est confronté. Il devient difficile de garantir une certaine mixité sociale au sein de notre parc. Nous subissons la concurrence des logements privés, alors que notre parc offre des prestations de bien meilleure qualité. Beaucoup de locataires « solvables » pensent qu'ils ne peuvent pas prétendre à un logement social. Nous retrouvons un des éléments que nous évoquions à l'occasion d'une précédente chronique. La notion de logement social est souvent trop connotée et ne permet pas toujours de satisfaire à nos exigences de mixité sociale. Si près de 80 % des Bergeracois peuvent prétendre à un logement social, la plus grande partie « s'auto exclut » pensant qu'elle ne peut y avoir droit. Nous devons continuer dans notre stratégie de changement d'image du logement social.

 

Payer son loyer : la dignité et l'honneur des locataires. Si la mixité sociale reste encore difficile à garantir, il faut saluer un niveau satisfaisant des impayés de loyers au sein d'Urbalys Habitat. En 2012, sur proposition du Maire, nous avons fait le choix de ne pas augmenter les loyers. Nous avons considéré, à juste titre, que les effets de la crise économique se faisaient durent ressentir auprès des Bergeracois les plus modestes. Ce choix politique ne va pas de soi. Nous sommes normalement fortement encouragés à suivre, à minima, le rythme de l'inflation. Nous n'avons pas à regretter ce choix puisque le taux d'impayés est resté relativement stable en 2012. Cette stabilité des impayés reste une singularité positive au regard des résultats enregistrés par les autres bailleurs sociaux. Si le niveau des impayés est stable chez Urbalys Habitat, des homologues enregistrent une progression des dettes de loyers chez les locataires présents de 11, 5 à 17 %. Il ne faut pas éluder la question des impayés de loyers. Elle ne doit pas être strictement traitée d'un point de vue exclusivement économique. Éviter les impayés, c'est aussi contribuer à ce que chaque locataire puisse vivre avec dignité au sein de son logement.La première des dignités est de lui permettre de payer son loyer.

 

A l'occasion de prochaines chroniques, nous aurons l'occasion de poursuivre cette analyse du bilan économique et social de notre société d'économie mixte Urbalys Habitat. A suivre donc...

Publié dans Logement

Commenter cet article