Un parc aqualudique sur le site de l'ESCAT

Publié le

escat-entree.jpg

 

 

Hier soir, à l'occasion de la séance publique du Conseil Communautaire de Bergerac Pourpre, notre Président Dominique Rousseau nous a exposé le plan local de redynamisation du bassin d'emploi de Bergerac. Cette convention lie l'Etat, le Conseil régional, le Conseil général de la Dordogne et les trois communautés de communes qui constitueront demain la communauté d'agglomération de Bergerac. Le plan entérine la cessation d'activité de l'ESCAT et l'accompagnement financier de l'Etat de 1,5 millions d'euros pour la reconversion du site. Un parc aqualudique serait l'infrastructure phare du futur site ; une première réalisation au service de la reconversion touristique de notre économie.

 

Il n'est pourtant pas interdit de dire tout le mal que l'on pense de cette Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) imposée dès les premières heures du sombre quinquennat de Nicolas Sarkozy. Il n'est pas inutile de rappeler que le Ministère de la Défense a sacrifié l'ESCAT et ses 124 emplois bergeracois pour permettre au gouvernement d'équilibrer financièrement ses cadeaux fiscaux  alors que des jeunes soldats français continuent à mourir pour rien en Afghanistan. Quand bien même l'Etat s'engage à hauteur de 1,5 millions d'euros, l'essentiel de l'effort reposera aussi et surtout sur les collectivités qui s'engagent pour près de 5 millions d'euros.

 

Ce plan local de redynamisation est au crédit d'une méthode de travail impulsée par Dominique Rousseau et ses collègues présidents des deux autres communautés. La  communauté d'agglomération existe déjà par ces pratiques. Grâce à ce sens de l'écoute et du dialogue, nous travaillons avec les autres collectivités locales dans le sens de l'intérêt général. Tout le reste n'est qu'agitation politique et tentative de récupération politicienne. L'objectif de créer au minium 250 emplois est un défi de développement local, parce que nous devrons créer les conditions d'un dynamisme capable de surmonter nos faiblesses pour créer de la croissance économique, sociale et durable.

 

C'est dans cet état d'esprit que le premier projet phare de ce plan local et de notre future communauté d'agglomération sera la création d'un parc aqualudique. Cet élément central du projet s'impose aussi comme la solution face à obsolescence de notre piscine municipale. Le nouveau parc devra l'intégrer mais nous devrons être particulièrement vigilants face aux promesses d'un eldorado touristique souvent esquissé mais difficilement conciliable avec la crise économique internationale que nous traversons. Notre priorité doit être de répondre aux besoins des bergeracois et de notre bassin de vie. Le parc aqualudique devra être bien dimensionné pour ne pas le rendre inaccessible financièrement aux bergeracois. Nous savons que le pouvoir d'achat des Bergeracois n'est pas illimité. Aujourd'hui le ticket moyen de piscine pour un adulte est de 3 euros à Bergerac contre 5,2 euros à l' « aquaparc » de Périgueux. Demain le parc aqualudique, sur le site de l'ESCAT, devra rester accessible. Nous y veillons et comme le dit notre maire-Président, ce plan local n'est qu'un commencement.

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article