PLU de Bergerac : architecture et paysage

Publié le

  Patrimoine-vegetal-singulier-a-la-Madeleine.jpg

 

Alors qu'approche la prochaine séance du Conseil municipal de Bergerac, voici la dernière chronique (enfin) consacrée à l'étude de la modification du Plan Local d'Urbanisme de notre ville. Parce nul ne doit ignorer la loi, ces contributions permettent de préciser les principaux enjeux de la réforme que nous avons adoptée en décembre dernier. Aujourd'hui nous allons en terminer avec l'analyse des principales modifications réglementaires. Ces dernières sont destinées à accompagner une politique plus volontariste en matière de création architecturale, de dynamisation du Centre-Ville et de préservation des spécimens végétaux remarquables. Et oui, nous avons fait tout cela mais faute d'intérêt médiatique sur cette question, il faut bien le rappeler par le biais du blog-notes.

 

La créativité architecturale à encourager. La création architecturale est une préoccupation récurrente de notre équipe municipale. Nos prédécesseurs n'ont pas toujours démontré leur volonté de créer un patrimoine contemporain. Sans doute portés par leurs inclinaisons personnelles, ils ont laissé fleurir des pastiches du passé revisité par les différents corps de métiers, lauréats des appels d'offres municipaux. La créativité architecturale doit trouver sa place dans un document de prospective urbanistique. Ainsi, pour encourager les énergies positives et libérer les initiatives, notamment en Centre-ville, il était urgent de faire évoluer quelques règles de construction souvent très contraignantes. Il en est ainsi de la considération du 3ème niveau des maisons comme un étage à part entière afin d'éviter la prolifération du néo-mansart. Ce dernier n'est pas toujours fonctionnel et pas souvent du meilleur goût. Il sera désormais possible d'encourager la création de formes plus géométriques, d'implanter des toitures terrasses et des toits végétalisés. Pour certains lotissements, à l'architecture atypique comme le Saint Onger par exemple (un salut particulier à un de ses locataires, Fidèle lecteur du blog-notes), nous adoptons des règlements spécifiques pour préserver une certain unité architecturale en procédant à des recommandations de toitures ou de bardages bois. C'est également le cas pour les terrains du Petit – Rooye où grâce à un travail remarquable de nos services d'urbanisme, nous avons pu traduire cette volonté municipale en recommandations d'aménagement et de lotissement très précises.

 

Contribuer à la dynamisation du Centre-ville. Les modifications réglementaires doivent également se pencher sur la nécessité d'accompagner la mobilisation générale en faveur de la dynamisation du Centre-Ville de Bergerac. Les règles d'urbanisme ne doivent plus porter atteinte à l'implantation de certaines activités en Centre-Ville. Je pense notamment aux exigences en matière de stationnements dans ce secteur de la ville qui deviennent un handicap pour permettre l'aménagement de cabinets médicaux où l'arrivée d'activités de services et de professions libérales. C'est en allégeant ces règles que nous pouvons contribuer, y compris dans ce domaine de la planification urbaine, à la dynamisation du Centre-Ville.

 

Protection du patrimoine végétal. Enfin, vous le savez, Bergerac est riche d'un patrimoine végétal de grande qualité. De nombreux spécimens ou petits massifs méritent d'être préservés. Des recommandations sont donc nécessaires au stade même du plan local d'Urbanisme. Chaque propriétaire sera bien entendu informé de la nécessité de protéger ce petit patrimoine qui contribue à la diversité et à la richesse de nos patrimoines. Il existait déjà dans le PLU des espaces boisés. Nous avons souhaité aller plus loin par cette innovation que constitue la création de spécimens végétaux à préserver, au titre de l'article L13.1.5.7 du Code de l'Urbanisme. Ainsi, au titre du règlement du PLU, nous disposons d'une liste des spécimens ou d'ensembles végétaux identifiés, cartographiés avec des prescriptions de nature à assurer leur protection.18 zones ont été définies à l'échelle de la commune. 173 spécimens ou ensembles végétaux ont été repérés.

 

Afin de disposer de tous les chroniques consacrées à cette révision du PLU, je vous proposerai bientôt un récapitulatif par thèmes des différents liens. Pour vous rassurer, nous travaillons déjà avec la communauté d'agglomération à ne nouvelles modifications

Publié dans Urbanisme

Commenter cet article

colart24 27/02/2013 08:44



Nemo censetur legem ignorare (nul n'est censé ignorer la loi)



Adage (non légal) tiré d'Aristote (« Nul n'est censé ignorer la loi, surtout quand il est facile de la connaître » sous sa forme complète) et qui ne signifie pas que l'on doit connaître
l'ensemble des lois, mais selon lequel on ne peut invoquer l'ignorance de la loi pour échapper à la loi.