Mes vœux à l’opposition municipale.

Publié le

  voeux2

 

Sans doute, l’intitulé de la présente chronique aura de quoi vous surprendre. Elle s’inscrit pourtant bien dans l’esprit que j’ai voulu donner à ce blog-notes. L’idée de présenter des vœux à l’opposition municipale de Bergerac m’est venue à l’occasion de notre dernière séance de Conseil, alors que nous débattions de l’adoption du budget 2013. Voilà bientôt cinq ans que nous sommes élus, au terme d’une élection dont nul n'aura contesté les conditions de déroulement et la nature du résultat. Pour autant, de séances de Conseil en séances, d’échanges en échanges, de chroniques dans le journal municipal ou de billets d’humeur en conférences de presse, l’opposition continue à se comporter comme si elle nous déniait toute légitimité à exercer les responsabilités politiques.

 

Accepter l’alternance. Je voudrai donc commencer cette nouvelle année par présenter des vœux à l’opposition municipale. Elle ne sera pas surprise des propos que je vais tenir devant vous puisqu’ils sont en droite ligne de ceux que j’ai formulés à l’occasion de notre dernier débat budgétaire en séance. Mes vœux sont ceux d’un appel au respect mutuel et d‘un énième appel à reconnaître le principe de l’alternance politique. Nos concitoyens ont le droit à un débat politique apaisé. La démocratie repose sur le principe de la reconnaissance de la différence légitime. La minorité politique d’un moment a toujours vocation à devenir la majorité d’un autre et inversement. Le combat politique ne permet pas tous les dérapages. Sans doute, par le passé, ai-je pêché par quelques excès de jeunesse, pour le plaisir d’un bon mot. Sans doute, ne suis-je pas à l’abri de quelques rechutes. L’expérience m’apprend aujourd’hui que le débat politique gagne toujours en clarté sans avoir besoin de passer par ce type d’artifices oratoires. La combat politique mérite parfois quelques âpretés dans l’échange dès lors qu’il est dicté par des convictions. Mais je trouve particulièrement insupportable de voir le débat public se laisser polluer par le reproche récurrent d’incompétence à notre encontre. La permanence d’une telle attitude est un manque de respect élémentaire. Elle peut traduire un subconscient qui n’aurait toujours pas accepté les  principes mêmes de l’alternance politique. Nous ne sommes pas des usurpateurs. Notre légitimité est toute aussi grande que celle de nos prédécesseurs. Il serait temps de l’accepter.

 

Le sens des responsabilités et de l’engagement. Notre majorité municipale a le devoir de rendre des comptes réguliers à la population. Ce blog est une modeste contribution à ce type d’exercice. L’organisation de réunions régulières de quartier, de gestion urbaine de proximité, de concertations, les différentes publications municipales sont autant d’initiatives qui y contribuent. L’opposition y a toujours toute sa place pour s’y exprimer. Mais que de temps perdu et quel dommage de voir le débat municipal sombrer en séance de conseil dans une agressivité permanente de l’opposition à notre encontre sur le thème de notre supposée incompétence. Le choix difficile de l’augmentation des impôts en 2009 fut le triste constat d’un passif à solder (parking souterrain, aéroports, station d’épuration, mise dans le réseau d’alerte financière des communes …). Il s’en est suivi un effort de rigueur budgétaire sans précédent dans l’histoire de Bergerac qui nous conduit aujourd’hui à la remise en équilibre de l’ensemble des budgets annexes de notre commune et un retour à l’équilibre de l’ensemble de nos finances locales à la fin de cette année. Notre majorité municipale est constituée de femmes et d’hommes, riches de leur diversité et de leur compétence. Malgré le climat de rigueur budgétaire, nous nous sommes toujours efforcés de ne pas hypothéquer le futur de Bergerac en anticipant sur les besoins de développement futur de notre ville. Sous l’incitation permanente du Maire, nous nous sommes  attachés à ne limiter les effets de notre action municipale aux seules échéances municipales à venir. Les Bergeracois auront tout le loisir de trancher.

 

L’exercice d’un mandat municipal est certainement l’engagement le plus formateur, le plus prenant et le plus passionnant dans l’exercice politique. L’engagement de tout un chacun mérite à ce titre d’être respecté qu’il s’inscrive dans les rangs de la majorité et de l’opposition. Il faut sans aucun doute beaucoup de détermination et de courage pour assumer une opposition attentive et constructive. Attentive parce nous avons besoin de contre-pouvoirs. Constructive parce la situation de notre ville exige un sens partagé de l’intérêt général. Je souhaite donc que cette année 2013, grande année de préparation des prochaines échéances municipales, soit mise à profit par les uns et les autres pour préparer l’avenir du Bergeracois, dans le respect mutuel de nos engagements réciproques. 

Publié dans Engagements et humeurs

Commenter cet article