Les secrets de la rue des Fontaines

Publié le

2012 0043 copie

 

Il est presque de tradition à Bergerac que les travaux rue des fontaines réservent toujours des surprises. Chaque nouvelle intervention est l'occasion d'une redécouverte de l'histoire passionnante la conquête et de la domestication de l'eau, en milieu urbain. Comme un coup du destin, en 2012 comme en 1981 et en 1852, les services municipaux redécouvrent les mécanismes d'alimentation en eau de la fontaine de Fonpeyre, ou fontaine des Cinq Cannelles, située à l'angle de la rue Saint James et de la rue des Fontaines.

 

Un caveau réservoir du 13ème siècle. Au 33 et 36 de la rue des fontaines, sous la chaussée, se trouve une grosse pierre avec un anneau de levage. Sous cette pierre, un puits d'accès permet, comme son nom l'indique, d'accéder 3 m plus bas à un caveau d'une longueur de plus de 5 mètres. Cette galerie en clef de voute est du 13ème siècle. La hauteur sous les dalles de pierre est de 1,45 m. Ce premier réservoir est relié à un second en face de la turbine hydro-électrique par un aqueduc souterrain qui permet ainsi d'alimenter la fontaine des Cinq Canelles. Ce second bassin, dit bassin inférieur vient également d'être rénové par nos soins

 

La surprise de 1852. Dans le cadre du chantier de rénovation de la rue des fontaines, nous avons donc procédé à la remise en état des réseaux. A cette occasion, nous avons procédé à la vidange et à la purge complète des deux réservoirs afin de permettre à la fontaine de Fonpeyre de pouvoir s'écouler normalement, même en période de sécheresse. En procédant aux travaux de remise en état des réservoirs, nous avons constaté qu'ils étaient saturés de dépôts en tout genre. Pourtant, en 1852, la surprise fut toute différente. Un extrait du journal de Bergerac en date du 31 janvier 1852 nous en dit un peu plus : « en enlevant la clef, on a découvert une sorte de caveau assez spacieux au sol duquel coulait une eau très-limpide qui alimente les tuyaux : deux bouteilles de vin rouge, cachetées avec le plus grand soin, ont été trouvées dans ce caveau ; les goulots portent une espèce de collier en plomb sur lequel sont gravés : Fescarode, Sellerier, Poussou 1787 ». Parce qu'à Bergerac, on ne transige pas avec l'héritage, le journal municipal précise que des descendants des trois personnes dont le nom figurait sur les bouteilles se sont fait connaître. Faute d'avoir pu prouver leur propriété, c'est la municipalité qui a gardé le vin. A savoir ce qu'il est devenu.

 

La fontaine de Fonpeyre. Cette fontaine dite de la Fonpeyre a été restaurée en 1982. elle fut pour l'occasion surmontée d'une vasque de type Médicis. Chacun y verra un clin d'oeil au voyage de Charles IX à Bergerac dont on raconte que la fontaine avait laissé couler du vin pour faire boire les nombreux équipages qui accompagnaient le roi de France. Que chacun se rassure (ou pas), la Fontaine aujourd'hui restaurée ne donne plus que de l'eau. Elle a fait l'objet également d'un éclairage spécifique dans le cadre du Plan lumière.

 

Voilà bien des anecdotes qui mériteraient, peut-être, de venir enrichir le musée de plein air autour de la turbine.

Commenter cet article