Les objectifs de l'AVAP

Publié le

2012-5173.jpg

 

 

Les objectifs de l’AVAP de Bergerac.

 

Comme nous l’indiquions hier, la future Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine est une manière pour la Ville de Bergerac de ne pas subir une évolution réglementaire mais d’anticiper. En permettant de prendre en considération la diversité des patrimoines, en ne se cantonnant pas à la seule dimension de protection qui peut conduire parfois à des désirs de figer les paysages, l’AVAP permet de retenir une conception plus holistique du patrimoine et de s’inscrire résolument dans la modernité. Voici quelques pistes de travail que nous avons évoquées en Conseil municipal.

 

Patrimoine industriel et archéologie préventive. Nous avons souhaité revoir le périmètre de l’AVAP afin d’en accroitre sa zone d’application, au regard de ce qui était possible avec l’actuelle Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager. Le Maire de Bergerac tient beaucoup à ce que nous nous penchions sur des recommandations en matière de valorisation du patrimoine industriel de notre ville. Ainsi la démarche de l’entreprise Bouchillou sur son nouveau site des Gilets mériterait de nous inspirer, permettant un trait d’union entre le passé industriel du site et son avenir en reconversion. De même, nous devrions accorder une plus grande attention sur la protection du patrimoine des années 1930. Parce que notre ville est pionnière depuis plus de 30 ans en matière d’archéologie préventive, l’AVAP nous permettra de mieux protéger les vestiges de l’histoire urbaine de notre ville et d’en valoriser les résultats. Elle permettra également de rendre compte des qualités urbaines de Bergerac.

 

Le patrimoine naturel et paysager. Nous avons également souhaité que notre future Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine prenne mieux en considération les composantes naturelles et cultivées du patrimoine de Bergerac. A ce titre, l’AVAP aura pour mission de se pencher sur certains grands domaines périphériques de Bergerac. Je pense évidemment au domaine de la Graulet où l’ombre de Samuel Pozzi et de ses folles journées parisiennes peuplent encore les mémoires. La préservation et la valorisation du patrimoine naturel sera mieux prise en compte en l’intégrant à l’AVAP. Nous pourrons ainsi y inscrire l’ensemble de la Coulée Verte du Caudeau. Des recommandations urbaines nous seront bien utiles pour accompagner la limitation de l’urbanisation de ce poumon vert au cœur de la rive droite de notre ville. La préservation des espaces en lien avec la Dordogne et l’activité portuaire de Bergerac devra également être appréhendée par l’AVAP. Nous pourrons ainsi apporter une contribution exemplaire et remarquable à la problématique de la voie bleue et de la voie verte en lien avec la future communauté d’agglomération et le classement UNESCO de réserve mondial de biosphère.

 

En se penchant sur la diversité de ses patrimoines, en encourageant la création contemporaine, nous nous tournons résolument vers l’avenir. Nous pourrons sans doute aller plus loin dans la liste de l’inventaire des monuments historiques et pourquoi ne pas aller vers un secteur sauvegardé ? Vous le voyez, le travail ne manque pas. 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article