Le PLU entre ici-bas et avenir de Bergerac.

Publié le

 cimetieremadeleine.jpg

Le souci de la bonne gestion municipale nous conduit à nous dégager parfois de l’emprise du quotidien pour nous efforcer de réfléchir aux enjeux de la ville de demain. La modification et la révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme ont été une manière d’y parvenir. Après avoir beaucoup parlé ensemble des logiques de circulation, nous entrons aujourd’hui plus dans le détail sur les anticipations des besoins d’espace liés à la mutation de la ville dans le temps. Il ne s’agit pas de remettre en cause les mécanismes qui nous permettent de limiter l’étalement urbain mais bien de poser des zones qui nous aideront  à mieux gérer les besoins en matière d’urbanisation. Entre développements futurs de la ville et prévoyance en matière d’évolution des besoins en matière d’inhumations, le Plan Local d’Urbanisme doit s’efforcer d’anticiper au mieux toutes les fonctionnalités de la Ville.

 

Penser le cimetière de demain. Peut-être ne vous en souvenez-vous pas mais, à l’occasion des dernières élections municipales, dans le cadre de notre programme électoral, nous avions souhaité préciser nos intentions quant à la mise en place d’une politique « cimetières » adaptée aux besoins de notre ville. L’audace fut remarquée  par de nombreux observateurs avisés de la vie publique locale. Il n’en demeure pas moins que cette initiative avait le mérite de pointer du doigt quelques lacunes en matière de prospective dans un secteur où l’attention politique est souvent peu soutenue. Bien entendu, le projet de crématorium a beaucoup mobilisé l’attention mais nous avons rapidement mis en évidence des menaces de carences municipales dans le secteur plus traditionnel de l’inhumation. Le besoin de places était déjà critique sur la rive droite de notre ville et nous ne disposions que de faibles marges de manœuvres sur le secteur de la Beylive. Que faire ? Nous nous sommes engagés dans une politique urgente de reprises de concessions funéraires abandonnées mais cette procédure ne permet que de gagner du temps et s’avère étroitement dépendantes des marges de manœuvres financières de la commune et des arbitrages budgétaires souvent difficiles à obtenir pour ce secteur. Chemin faisant, il nous semblait indispensable de jeter les bases durables pour la réalisation d’un nouveau cimetière paysager. Un site a ainsi été pressenti sur des terrains rendus inconstructibles lors de l’adoption du PLU en décembre 2008. Situés en deuxième rideau entre l’ancienne route Nationale 21 et la route des farcis, ces terrains seront largement rendus accessibles dès lors que la concession automobile déménagera sur les terrains de Saint Lizier. Un emplacement réservé a donc été créé pour accueillir à terme ce nouvel équipement qui pourrait être en lien avec un parking relais.

 

Mieux maîtriser l’urbanisation future. Anticiper l’évolution future de la ville, nous conduit aussi à disposer de terrains dont le zonage ne permet pas une urbanisation immédiate mais permettra de disposer de réserves foncières utiles à la maîtrise de l’urbanisation de Bergerac. Avec la présente modification du PLU, près de 25 hectares de réserves foncières ont été créées à vocation d’habitat et 5 hectares sont destinées à accompagner le développement des zones économiques existantes. Dans le secteur du petit Rooy, de la Brunetière et de Pombonne, des grands terrains étaient immédiatement constructibles. Nous avons considéré que les réseaux (électricité, eaux usés, eau potables,…) n’étaient pas en capacité d’accueillir une soudaine poussée urbaine. Il convenait également de poser un peu les choses afin de pouvoir instaurer des règles d’urbanisme plus précises qui permettront également d’harmoniser les constructions futures avec les paysages environnants : coulée verte du Caudeau, Coteaux Nord… C’est ainsi que nous avons mis en place des zones 1AU qui nous permettent d’exiger des aménagement d’ensemble plus cohérent et mieux échelonner dans le temps.

 

Vous le voyez bien, avec nos documents d’urbanisme, Bergerac s’efforce de maîtriser son développement et d’anticiper sur ses besoins futurs. Bien d’autres modifications ont été adoptées lors de cette révision du PLU, notamment pour une plus juste et meilleurs application de la loi de Solidarité et de Renouvellement Urbain, mais cela est encore une autre histoire : à suivre…

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article