Le PLU de Bergerac modifié.

Publié le

 

 

centre-ville

 

Nous allons, en partie, terminer l’année sur le blog-notes, en revenant sur un des dossiers du dernier Conseil municipal de Bergerac : la modification et révision du Plan Local d’Urbanisme. Nous en avons débattu en Conseil, la semaine dernière, pendant près d’une heure. Cette mesure annoncée dès notre prise de fonction était donc le produit d’un long travail et permet de tracer des perspectives pour le Bergerac de demain. Je vous propose aujourd’hui un résumé des enjeux de cette modification avant de revenir plus en détails sur chacun d’entre eux, dans des publications complémentaires.

 

Rappel de procédures.Souvenons-nous que le Plan Local d’Urbanisme a été adopté le 10 décembre 2008. Ce document présentait des avancées notables pour limiter l’étalement urbain et le mitage du territoire. Il n’en demeure pas moins que le Plan Local d’Urbanisme reste un outil au service du développement de la ville, un document de planification urbaine et un document réglementaire. Dès son adoption, nous avions annoncé à l’ensemble de la représentation communale que nous souhaitions procéder à une modification dudit document afin de mieux traduire des enjeux de mixité sociale et de déplacements durables. Il s’agissait donc de conformer notre Plan Local d’Urbanisme aux grandes orientations stratégiques en matière d’urbanisme propres à notre action municipale. C’est donc en concertation et en collégialité que nous avons beaucoup travaillé afin d’arriver au résultat final approuvé par l’ensemble des conseillers municipaux, la semaine dernière.

 

Ne pas modifier l’équilibre général des zones. Précisons que si de nouvelles orientations structurent ce PLU, la procédure de révision simplifiée suivie n’a pas modifié l’équilibre général du document en matière de zonages agricoles et de zonages naturels. Concernant le premier, les modifications n’impactent que 0,28 % de la superficie totale de la commune, à savoir 0,72 % des zones agricoles totales. Par ailleurs, concernant les zones naturelles, la révision simplifiée est encore plus limitée puisqu'elle ne touche que 0,15 % de la superficie totale communale, 0,76% des zones naturelles de la ville. Il s’agissait, dans la plupart des cas, d’ajustements mineurs permettant de corriger des erreurs de zonages lors de l’adoption du Plan Local d’Urbanisme initial, soit de permettre d’accompagner des projets de vie d’agriculteurs, soit de répondre à quelques demandes spécifiques et justifiées de particuliers. Vous le voyez bien, l’essentiel de la modification était à rechercher ailleurs et tenait dans le souhait de se projeter résolument dans l’avenir urbain de Bergerac.

 

Les grands enjeux de la modification.Pour marquer l’avenir d’une ville en matière de document d’urbanisme, l’emplacement réservé est un instrument bien pratique. Il a été nécessaire de procéder à un toilettage complet de ces derniers tant ils s’étaient empilés, municipalités après municipalités. De même, il a été souvent nécessaire d’en créer de nouveaux. Nous avons ainsi souhaité répondre à la problématique des déplacements doux, à l’amélioration de la sécurité routière et anticiper sur les besoins futurs de développement de la ville. D’autre part, la grande nouveauté de cette modification, qui en constitue même une singularité en Dordogne, aura été la création de plus de 40 hectares de servitudes de mixité sociale, sur lesquelles nous reviendrons en détails. Par ailleurs, les modifications de zonages que nous avons souhaité apporter permettent de développer la densification urbaine afin de repeupler le centre-ville et le dynamiser durablement. L’accompagnement de la diversification touristique de notre économie et la contribution au développement économique de nos zones d’activités sont des composantes fortes de la modification que nous avons apportée. Enfin, comme tout document d’urbanisme, nous avons souhaité apporter un certain nombre de modifications réglementaires destinées à favoriser la création architecturale, la préservation de spécimens boisés et végétaux et l’implantation d’activités en Centre-ville.

 

A lire cette introduction générale, j’espère avoir partagé avec vous l’importance des enjeux de cette modification du Plan Local d’Urbanisme. Nous avons la chance de vivre dans un pays où la liberté de la presse est une garantie de démocratie. Dommage que les récits sur les chamailleries politiciennes l’emportent le plus souvent sur le traitement du fond. C’est une raison de plus pour continuer à partager l’information ensemble via le blog-notes.

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article