Le HLM est une idée neuve

Publié le

logements la catte 2

 

 

Cette chronique est une manière de prolonger la réflexion que nous avons engagée hier avec la visite de quartier, dans le cadre de la Gestion Urbaine de Proximité à La Catte. Les quartiers changent comme pour mieux essayer de retrouver les condition d'un vivre ensemble plus harmonieux. Pour autant, derrière cette notion de changement, je ne peux que constater un certain glissement lexical, comme si une bataille idéologique avait été gagnée par celles et ceux qui stigmatisaient le logement social pour mieux imposer la vision individualiste d'une France de petits propriétaires. Cette bataille idéologique est totalement distincte des échéances électorales si bien que même si l'alternance a été réussie en mai dernier, les modes de raisonnement restent marqués par cette culture libérale de l’individualisme. C’est ainsi que la Présidente du MEDEF, se rendant cette semaine à Matignon dans le cadre des consultations préalables des partenaires sociaux, peut déclarer en toute impunité qu'elle est là pour veiller à ce que les entreprises ne soient pas écrasées de charges sociales. Des charges sociales ! Tout est dit comme pour mieux éviter de parler de cotisations sociales destinées à financer la protection sociale et la solidarité nationale pour les retraites. Quel rapport avec le logement social me demanderez-vous ? Je suis assez frappé de voir comment, en quelques années, la notion de HLM a disparu complètement du langage. La plupart des bailleurs sociaux ont changé de dénomination comme si le vocable d'Habitation à Loyer Modéré était devenu un tabou, un boulet presque politiquement incorrect pour mieux satisfaire le rêve sarkozyste d'une France de petits propriétaires. Même une partie de la gauche bien pensante s'est compromise avec ces arrangements sémantiques. On se souvient des paroles de la chanson de Renaud évoquant la morosité des cités «  ah ce qu'il est blême mon HLM ». Pourtant à l'heure de la flambée des loyers dans le parc privé, après la livraison de logements de médiocre qualité dans le cadre des programmes immobiliers de défiscalisation et face à l'augmentation du coût du gaz et de l'électricité, les Habitations au Loyer Modéré sont un atout pour le pouvoir d'achat des Français. A nous de réhabiliter cette idée neuve des HLM en prouvant que cette notion de loyers maîtrisés est une réponse utile au pays et efficace en termes de développement durable. A Bergerac, nous nous efforçons de donner la priorité à la qualité architecturale pour gagner en attractivité. La promesse d'Habitations aux Loyers Modérés mérite ces efforts.

 

A force d'avoir voulu stigmatiser le logement social pour mieux imposer le rêve de la petite propriété, le logement social a fini par s'apparenter à un logement de crise, voir d'urgence. Cette stigmatisation avait, en fait, pour objectif de permettre de nombreux cadeaux fiscaux dans le cadre de la livraison de multiples opérations immobilières privée de type de Robien. A défaut de France des petits propriétaires, nous avons assisté à une concurrence sauvage et déloyale du parc privé sur les locataires du parc social. Il en a résulté une plus faible mixité sociale dans ce dernier parc et surtout l'idée que le logement social n'était destiné qu'aux plus pauvres. Tordons le cou à cette idée : plus de 80 % des Bergeracois sont éligibles aux logements sociaux. Pour essayer de devenir attractifs, les bailleurs sociaux ont pensé qu'il fallait sacrifier l’appellation de HLM et adopter des marques plus proches des agences immobilières. En réalité, c'était sur l'atout des Loyers Modérés qu'il fallait jouer la carte de la concurrence.

 

Dans la plupart de nos chantiers, avec l'ensemble des bailleurs sociaux, nous avons œuvré auprès des architectes pour que nous puissions changer l'image physique du logement social pour mieux jouer la carte de la maîtrise des loyers. Changer d'image est devenu un objectif pour mieux réussir une certaine mixité de peuplement. Nous devons être en capacité de proposer des logements qui permettent de faire la différence par rapport au logement privé. Nous devons permettre le parcours résidentiel des locataires qui pourront passer d'un logement collectif à un logement plus intermédiaire avant d'avoir la possibilité de l'accession à la propriété. Qu'il s'agisse des opérations de reconstruction à Beauplan ou à La Catte, nous avons fait le choix de la qualité architecturale et de la performance énergétique. Les logements sont ainsi attractifs visuellement et performants en termes de consommation énergétique pour garantir notre engagement en faveur de Loyers Modérés. A Jean Moulin, nous nous efforçons à la fois de résidentialiser chaque cage d'escalier pour proposer de petites unités de vies mieux sécurisées et nous œuvrons pour la performance énergétique. Personne n'est capable d'offrir de meilleurs logements en Centre Ville que la Cité Jean Moulin. L'amélioration globale des conditions de vie avec l'aménagement du boulevard contribue également à renouer avec cette idée neuve et tendance du logement en Habitation à Loyer Modéré.

Publié dans Logement

Commenter cet article