La rue des Fontaines est en travaux

Publié le

 

 

Début des travaux de la rue des Fontaines

 

Une période de travaux dans une rue commerçante n’est jamais une chose facile à gérer. Pour autant, nous devons gagner le pari de la revitalisation de notre centre-ville en général et du centre historique en particulier. La rue des Fontaines est en travaux depuis le début du mois de septembre. Il convient de rappeler à tous les bergeracois que les commerces restent ouverts pendant cette période, et notamment les restaurateurs. Notre maire avait largement associé les commerçants pour évoquer le phasage de ces travaux et valider le projet d’aménagement. Je vous en rappelle aujourd’hui la philosophie et vous précise la nature des travaux actuellement engagés.

 

Le bel enjeu du vieux Bergerac. Lorsqu’en 2009, nous avons obtenu le financement de la communauté de communes au titre de l’aménagement de bourg, nous savions que nous avions obtenu une grande victoire administrative pour relancer la rénovation des rues anciennes du vieux Bergerac, abandonnées depuis la fin des années 1980. Le vieux Bergerac est le patrimoine de tous les bergeracois. Au-delà de l’enjeu de développement durable, il convenait de redéfinir la place du piéton dans le centre ancien trop engorgé par le stationnement et la circulation anarchique des automobiles. Dominique Rousseau m’a confié ce dossier avec une feuille de route très simple : « tout le monde a droit au beau. Je ne veux pas que nous engagions des travaux qui 5 ans plus tard seront totalement obsolètes. » Avec la rue du Port et la rue Gaudra, nous faisions le choix de matériaux durables pour révéler la beauté singulière d’une ville. Mais pour Fontaines, encore fallait-il faire le choix de l’audace de piétonniser une rue souvent empruntée par les automobilistes comme un raccourci.

 

Une rénovation spécifique.L’aménagement de la rue des fontaines a impliqué une réflexion adaptée pour répondre aux différentes problématiques du quartier. Devions-nous nous priver d’un axe central de la vieille ville ? Devions-nous laisser le cœur piéton de Pélissière étouffer? .L’arrivée de notre premier musée de plein air autour de la turbine hydro-électrique faisait de cette rue des fontaines une nouvelle composante du circuit touristique d’une ville qui déposera sa candidature au label Ville d’art et d’histoire. La maison des consuls, un des principaux sites remarquables de Bergerac au bâti monumental, méritait bien mieux qu’un simple enrobé de vieux bi-couche. Il fallait oser un aménagement urbain à la mesure de son architecture, respectant les normes d’accessibilité et se jouant des degrés de déclivité. La rue des fontaines doit également retrouver sa vocation commerçante et permettre à son activité économique de se développer. En renouant avec sa vocation piétonne de traverse Nord –Sud, elle irriguera le périmètre piéton de la place Pélissière par la rue Saint James et la rue Gaudra et fera le lien avec la place du Marché Couvert.

 

Dans le secret des fontaines.Actuellement, de lourds travaux de révision des réseaux sont engagés. Avant l’installation de la fibre optique, il s’agit notamment de reprendre l’assainissement et surtout la gestion des eaux pluviales. Ces premiers lourds travaux nous ont imposé de revoir complètement le réseau qui alimente les différentes fontaines de cette rue. Il en résulte un système assez complexe de réservoirs de pierres construits au 19èmesiècle qui sont intégralement nettoyés et révisés. Une fontaine à eau potable sera également intégrée sur la future place centrale que nous avons voulue au débouché de la rue saint James pour marquer davantage le musée de plein air autour de la turbine hydro-électrique. La rue des fontaines n’aura jamais aussi bien mérité son nom. A l’occasion, d’un prochain billet, nous reviendrons plus en détail sur ce passionnant fonctionnement des fontaines de la rue, … dès lors que j’aurai terminé la lecture un peu fastidieuse des archives municipales en la matière.

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

morassut 13/12/2012 22:50


Label d'une ville d'Art et d'Histoire.


Pourquoi les artistes reconnus, vivants, et les métiers d'Art ne sont pas indiqués au public sur l'affichage (petit panneau marron ou
blanc à Bergerac), au cœur d'une ville qui veut obtenir le Label d'Art et d'Histoire ? 


 "Un affichage ne doit pas noter les commerçants" me dit un homme de la ville dont je ne souhaite pas divulguer le nom par discrétion,
espérant un éveil de sa part.


Pourtant les ateliers d'artistes ne sont pas des commerçants, mais des lieux de référence culturelle. Les avancées de toutes grandes villes
ont commencé grâce aux artistes (Le cirque des Lumières, la Renaissance, La Grèce, ...).


 Une ville indiquant quasiment que les restaurants, devient un
réfectoire, qu'importe la qualité, et n'apporte aucune curiosité intellectuelle pour faire venir le tourisme, le public même local, l’habitant.


L'artiste est un participant actif du mouvement d'Art et d'Histoire d'un lieu, d'une ville ou d'un village.


L'office de Tourisme peut confirmer qu'il n'y a pas que les restaurants et les hôtels mais aussi les lieux culturels, les métiers
d'art, ou liés aux sports et la nature qui intéressent le tourisme, l'habitant. 


Une ville qui veut attirer le tourisme se doit d'indiquer les lieux de Musées, de Culture, et de ses métiers d'ART.


N'oublions pas que les artistes après leur mort font encore vivre beaucoup de métiers autour de l'Art (les musées, les experts, les
commissaires priseurs, les guides, les brocanteurs, les historiens, les écrivains, les éditeurs,...) Il faudrait y penser également de leur vivant !


Ses artistes qui font vibrer le public aux yeux rayonnants de plaisir lors des visites et des découvertes. Car là on est bien content de
voir un artiste, ou un artisan d'art dans son ouvrage. Je peux affirmer qu'un enfant appréciera autant qu'un adulte la qualité, la dextérité d'un geste maîtrisé, le savoir-faire avec les
matières, un tout qui les fait réfléchir et rêver.


Nous parlons de valorisation, de formation, d'éducation en politique. Les jeunes sont tous curieux et aiment poser des questions aux artisans
et artistes. Là encore, les métiers d’art répondent en direct aux jeunes et on une action. Combien de métiers liés au dessin après l’architecture, la médiation, le bijoutier, le
prêt-à-porter, le paysagiste, l’industriel ?


N'oublions pas que les spécialisations et les savoir-faire de la France font partie de l'HISTOIRE.  


A notre époque quelques ville d’Art et d’Histoire : St Paul de Vence, Paris, Pont-Aven, Vallauris, New York, ...


Dans un esprit d'ouverture


Meilleures salutations


Agnès LM


 

14/12/2012 15:59



Je trouve votre commentaire tout à fait intéressant et je travaille actuellement en lien avec les services techniques de la Ville à une amélioration de la signalétique des lieux en lien avec
notre démarche de label ville d'art et d'histoire. Je souhaiterai donc que nous puissions nous rencontrer pour en discuter plus tranquilement et vous invite à vous rapprocher de la Mairie pour
que nous puissions convenir d'un rendez-vous à votre convenance. Bien cordialement,  Fabien RUET