L'Alba, le combat continue.

Publié le

alba.jpg


Nous ne devons jamais déconnecter l'actualité nationale de nos présentes difficultés locales. Le combat des enseignants du lycée professionnel de l'Alba pour obtenir l'ouverture d'un bac technique en chaudronnerie industrielle est indissociable de la politique du gouvernement vis à vis de l'enseignement professionnel, considéré comme une variable d'ajustement. Aux côtés de la Région, nous défendons le droit à l'avenir pour tous les jeunes, nous défendons le projet de lycée des métiers. Nous voulons pour tous les jeunes un droit à l'avenir qui dépasse largement le clivage entre enseignement général et enseignement professionnel. Mais voilà, en France, l'éducation nationale n'est plus une priorité. Quant au lycée de l'Alba, malgré des avancées du rectorat pour 2013, nous devons encore rester mobilisés.

 

Cette semaine, un appel national de 52 personnalités était adressé aux candidats à l'élection présidentielle pour leur demander de s'engager à lutter contre les graves défaillances du système éducatif. Cette mobilisation d'intellectuels et d'universitaires renommés fait suite à une dégradation quasi continue du paysage éducatif hexagonal, depuis près de de dix ans. A en croire l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE), la proportion en France des élèves de 15 ans en grandes difficultés scolaires est passée de 15 à 20 %, entre 2000 et 2009. L'éducation nationale s'apparente au pus grand échec du candidat sortant, Nicolas Sarkozy. Faut-il se souvenir de sa promesse de début 2008 où il annonçait de diviser par trois le taux d'échec scolaire à la sortie du CM2. Nous n'évoquerons même pas le bilan de la suppression de la carte scolaire, et la dernière promesse en date exhortant les enseignants à travailler plus pour gagner plus. Disons le de suite, c'est le triple bonnet d'A...ne. L'appel contre l'échec scolaire, sonnant un peu le glas du gouvernement, se terminait par l'expression du besoin d'un grand plan pour l'enseignement professionnel, pour arrêter de le considérer comme une voie d'orientation subie plutôt que choisie.

 

Depuis plusieurs mois, le lycée professionnel de l’Alba tente de se faire entendre du rectorat. Les professeurs se mobilisaient le jour de noël en lançant une pétition en faveur de l’ouverture anticipée d’un bac professionnel technicien de chaudronnerie pour la rentrée 2012. Cette demande de formation correspond aux besoins économiques de notre territoire. Chaque année, 7 à 8 jeunes renoncent à ce choix d'orientation, faute de places. Mais cette demande est aussi directement liée au contexte de l'enseignement professionnel. Le bac professionnel a été réduit à trois ans contre 4 initialement. En interne, une filière mécanique moto a été transférée sur Périgueux si bien que l'établissement bergeracois a déjà perdu une quarantaine d'élèves. Si rien ne change, c'est une rentrée avec à peine 200 élèves qui se profile pour septembre 2012. Dans ces conditions, l'Etat aurait beau jeu de ne pas vouloir de l'ouverture du nouveau lycée des métiers prévu sur le site de la caserne Chanzy. Voici donc un exemple concret, et bien bergeracois, du cynisme avec lequel le gouvernement UMP gère l'enseignement professionnel. Nous sommes donc plusieurs élus du Bergeracois, aux côtés de notre maire, à nous engager pour réclamer un avenir pour l'enseignement professionnel. Celui-ci passe par l'ouverture du bac TCI dès 2012, le rattachement au lycée de l'Alba du BTS agroéquipement et le doublement de la capacité d'accueil de la classe de seconde maintenance du matériel agricole (MMA). Nous devons croire en l'avenir de l'enseignement professionnel.

 

Et puis, parce que c'est sûrement un clin d'oeil de l'actualité, pour terminer ce billet du blog-notes, rappelons que jeudi soir deux élèves du lycée d'enseignement professionnel Jean Capelle étaient honorés par Monsieur le Préfet, pour leur courage. Le 17 novembre dernier, Dominique Rousseau avait déjà remis la médaille de la ville à Guillaume et Clément pour avoir sauvé une personne de la noyade. Comme nous l'avions dit à l'époque, ce geste honore le sens du civisme de la jeunesse.

Publié dans Engagements et humeurs

Commenter cet article

Wolff Gérard 15/01/2012 00:46


Je suis de tout coeur avec les enseignants, les parents d'élèves, la CCI et les militants socialistes du Bergeracois pour cette demande de Bac Pro de technicien en
chaudronnerie.


Dans le cadre "d'éphémères 2011", mis en place par l'association Les rives de l'art, j'ais pu voir travailler des jeunes le l'Alba en CAP chaudronnerie avec l'artiste
mondialement connu COSTA. Cet artiste qui expose en permanence dans 2 galeries parisiennes et qui vend ses oeuvres aux USA, au Japon, en Allemagne,etc me disait "ces jeunes ont de l'or dans les
mains et ils en veulent".


Il faut tenir le coup pour que ce type de formation se crée à Bergerac!...  Selon les entrepreneurs concernés,  il y a des possibilités importantes d'embauche.


Gérard Wolff, socialiste du Bergeracois.