Du nouveau à l'Est de Bergerac

Publié le

Pôle industriel de la Poudrerie

 

Eviter les erreurs du passé en matière de création de zones d'activités et de zones commerciales est un enjeu à prendre en considération dès la mise en place de nouveaux règlements d'urbanisme. Pour ce faire, nous avons proposé au Conseil municipal d’engager une nouvelle procédure de révision simplifiée de notre Plan Local d’Urbanisme. Elle a pour objectif de prendre en considération des dispositions prévues par une étude réalisée pour l’aménagement de la zone constructible le long du boulevard des poudriers, afin de créer une continuité entre Bergerac et Creysse, entre la route conduisant au Pont des Gillets (RD 660E1) et la zone de Saint Lizier. Les enjeux de cette étude étaient de définir un parti d’aménagement de l’espace, et de fixer des prescriptions concernant les nuisances, la sécurité, la qualité urbaine, architecturale et paysagère. Grâce à cette étude, conforme aux prescriptions de la loi Barnier, il devient possible de s’affranchir de la bande de 75 mètres qui est inconstructible de part et d‘autre de la RD 660E1. Précisons les principaux enjeux de cette étude. Vous l’aurez compris, il est nécessaire de se prémunir des risques d’une croissance anarchique d’une zone d’activité en devenir. Trop d’erreurs ont été commises, notamment route de Bordeaux, faute à des absences de réglementations suffisamment précises. En matière d’urbanisme, il vaut mieux anticiper si on ne veut pas subir.

 

Le premier enjeu est celui de la sécurité.Il est nécessaire de desservir le site en utilisant l’ancien accès aux terrains de la SNPE, en interdisant ainsi tout accès sur le boulevard des poudriers. Il sera ainsi possible de donner une identité et une vocation au lieu en s'efforçant de l’affirmer comme la porte d’entrée dans la zone économique de l’est bergeracois, se distinguant du pôle industriel de la poudrerie. Une signalétique sera donc nécessaire pour accompagner cette ambition.

 

En outre la question paysagères’avère déterminante au regard des contraintes topographiques et des enjeux environnementaux du site. Il sera ainsi recommandé de conférer une valeur paysagère à la zone afin d’affirmer la transition entre le paysage naturel de la Dordogne et le paysage plus urbain d’une zone d’activités. Il est en outre recommandé de planter des arbres feuillus de haute tige et d’essences locales en façade du boulevard des poudriers afin de créer un écran arboré.

 

L’étude recommande également de procéder à des recommandations architecturales afin d’intégrer au mieux les opérations urbaines à venir. Le stockage sera ainsi interdit le long du boulevard des poudriers. Les hauteurs de construction seront limitées à 9 mètres à l’égout des bâtiments (R+2). Les façades commerciales seront mises en valeur par une architecture de qualité qui s’efforcera de bannir les couleurs vives et le blanc des bardages métalliques. Des recommandations seront également apportées en matière de clôtures, de toitures et de déplacements afin de créer une certaine harmonie sur le site. Ainsi, les implantations seront réfléchies afin de faciliter l’usage et la lecture de l’entrée sur la zone d’activité tertiaire de l’est de l’agglomération bergeracoises, depuis le boulevard des poudriers.

 

Il faudra aussi réduire les nuisances paysagèresliées à l’impact de nouvelles constructions, se prémunir du risque des eaux usées résiduaires issues d’activités polluantes, respecter les zones humides au regard de la mitoyenneté avec la Dordogne. Nous accorderons ainsi une grande importance à l’aménagement des abords de la rivière, en les préservant de toute urbanisation en encourageant le développement de la ripisylve via une bande de 80 mètres environ proposée en zone verte.

 

Il est parfois utile de faire un petit rappel de méthode afin de maîtriser le développement urbain.

Publié dans Urbanisme

Commenter cet article

wolff 08/04/2013 11:33


Cher Fabien,


Voila ce que j'appelle une belle leçon de vulgarisation à l'urbanisme. "Gouverner, c'est prévoir"  et urbaniser c'est aussi prévoir, avoir un temps d'avance et faire que tout puisse
avancer en se mariant avec l'environnement et l'existant! Les explications que tu donnes sont très lisibles par tous et il faut que cesse l'urbanisme désordonné, non pensé anarchique qui a
prévalu un peu partout en France, et ce quelque soient les hommes au pouvoir.


Gérard WOLFF.