Découvrir Sublimis à la Gare Mondiale

Publié le

sublimis.jpg

 

Je vous propose aujourd'hui une vraie découverte à réaliser à la Gare Mondiale. La Gare Mondiale, c'est le lieu de résidence et de création du Melkior Théâtre, dans le quartier de la Brunetière, au sein de l'espace René Coicaud.Venez aujourd'hui et demain, à 18 h 45, pour découvrir une pièce chorégraphique de danse contemporaine. Sublimis est une proposition du collectif a.aO. Voici la fiche de présentation de cette représentation.


JEUDI 25 ET VENDREDI 26 OCTOBRE à 18h45 @ La gare mondiale

 

Pièce chorégraphique

"J’éprouve un tressaillement du corps au contact de l’invisible lenteur, cela me donne l’intuition de la danse. ", nous dit Jean Luc Brisson, dans ses carnets du paysages. 

 

Deux corps dénudés recouverts de talc dans une exquise lenteur, deux corps grimés.
Sublimis, dans un temps suspendu, est un projet de chair.

Lieu de recherche et de confrontation artistique, La gare mondiale fait le choix d’accompagner plus particulièrement trois équipes artistiques sur des temps de résidence de recherche et de création. Parmi elles, le Collectif a.a.O développe un projet à la croisée de la danse, de la vidéo et des arts plastiques.

Création 2011-2012


Chorégraphie : Carole Vergne
avec Matthieu Bernard, Audrey Cabezas, Mathilde Castillou, Sophie Dalès, Hugo Dayot, Juliette Jouvin, Nadezhda Larina et Carole Vergne
Production : aaO – Am Angegebenen Ort


Avec le soutien de : Le Carré – Les Colonnes, l’Agence culturelle Dordogne-Périgord et La gare mondiale
Photo: © Thibault Solignac

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gérard Wolff 26/10/2012 13:19


Je pense sincèrement que tu te trompes sur le fait que je règle des comptes avec les "ciultureux", comme tu les appelle, de BERGERAC.


Lorsque j'étais IJS à la DDJS, avant 2004 (où je partis en retraite),  j'ai aidé financièrement dans les années 90 Ruet et son compère de l'époque, l'orchestre formé par M. Haze et
son ami, ainsi que la venue de l'Orchestre de Barbès à Lanquais, la mise en place d'un parcours de street roller à l'espace R. Coicaud, etc.


Quant à ton allusion sur l'art contemporain je ne te permet pas de critiquer le travail d'une association qui défend l'art contemporain et pas simplement au Câteau de Monbazillac mais à
Couze, Lalinde, Cadouin, Creysse, Molières, Alles sur dordogne, etc....


G. WOLFF

gérard Wolff 25/10/2012 13:26


Alors, c'est qui l'adjoint au maire de Bergerac chargé de la culture? Apparemment pas celle choisie au début mais bof, ce n'est pas grave...A voir la pub que tu fais pour le spectacle que
présente la jeune troupe bordelaise le collectif a a O  à la Gare Mondiale c'est toi!...


Je suis allé sur le blog de Carole Vergne, illustre inconnue, et j'ai pu visionner 2 extraits de la présentation de  "SUBLIMIS". Si l'idée d'associer danse, dessin, photo et
bande son est louable et relativement novateur en Sud Ouest le résultat ne m'a pas plu tant les danseuses font "amateurs", la voix qui est sur la danse est déplaisante, à peine audible et tant
les dessins sont pauvres!


Bref, encore de la culture pour Bobos ergeracois qui ne touchera pas la cible du public que se doit d'avoir une municipalité socialiste: les jeunes et les plus "démunis
culturellement"!


Gérard WOLFF, toujours résolument socialiste tendance non désir.

26/10/2012 08:27



Mon cher Gérard,


je ne vois pas pourquoi je ne parlerai pas de sujets qui concernent la culture.


Ensuite, je trouve ton commentaire plus désobligeant que constructif. Que tu es un certain passif avec les "cultureux" bergeracois est une chose, que tu profites du blog pour distiler des
rancoeurs me semble peu constructif. Si je ne partage pas toujours les choix de la gare mondiale, elle reste un des rares lieux de création pure à Bergerac. Je constate au quotidien le courage de
cette équipe à maintenir, contre vents et marées, une action culturelle souvent audacieuse dans un des quartiers les plus difficiles de la ville, un de ces quartiers dont le ministre de la ville
actuel ne voit pas forcement l'intérêt de maintenir le caractère prioritaire. 


Quant à la performance de sublimis, heureusement pour la compagnie, les deux reprsentations sont déjà complètes. Il est vrai qu'en période de crise, offrir des représentations gratuites n'est pas
si fréquent. Et si tu t'étais déplacé, tu aurais pu constater que ce public était bien constitué des "plus démunis culturellement". Mais c'est vrai, qu'il faut maintenir l'art contemporain dans
les quartiers et sortir parfois du cadre enchanteur des beaux chateaux et villages du Périgord. Il y a de la place pour tout le monde. 


 


On ne lache rien. Fabien RUET, militant socialiste et citoyen avant tout.