26 nouveaux logements au Pré-Joli

Publié le

2012-6577-copie.jpg

 

Ces derniers jours, dans le blog-notes, nous avons beaucoup commenté « l'évènementiel » lié aux opérations de renouvellement urbain. De nombreuses inaugurations ont ponctué l'agenda démontrant le bon état d'avancement de ce dossier à Bergerac. Aujourd'hui, après l'évocation de la mémoire de Jean Zay, dont une rue consacre le lien entre le nouveau quartier de La Catte et les coteaux de Rosette et symbolise la fin d'une enclave urbain, nous revenons sur la dernière livraison de 26 nouveaux logements à loyers maîtrisés sur ce quartier, au nord de la commune. En arrivant aux responsabilités, nous avions pris l'engagement de changer le visage du logement social dans notre ville afin de proposer les conditions d'un parcours résidentiel complet des locataires mais également de pouvoir réussir la mixité de peuplement. Il ne suffit pas de démolir des immeubles pour parvenir à établir les difficiles équilibres de la mixité sociale. Ce défi est immense. Il s'impose comme l'une des questions fondamentales que doit être en mesure de relever notre modèle républicain. Puisque 80 % des Bergeracois peuvent prétendre à un logement en Habitation à Loyer Modéré, nous devons susciter l'envie et ne pas hésiter à utiliser une stratégie commerciale offensive. Avec la nouvelle livraison du Pré-Joli, nous avons changé l'image du logement social.

 

Le produit d'un travail de concertation. Comme le soulignait le maire Dominique Rousseau à l'occasion de l'inauguration de ces 26 nouveaux logements, il faut beaucoup de mémoire pour se souvenir de ce qui existait avant l'apparition de cette nouvelle extension du lotissement du Pré Joli. En effet, ces logements ont fleuri à l'emplacement qu'occupait autrefois le centre social de la Brunetière. Cette livraison immobilière est la traduction d'un travail collectif entre un bailleur social, un architecte et la Ville de Bergerac. Chacun a pu défendre ses positions et ses points de vue. Si nous nous efforçons de raisonner en termes d'équilibres urbains à l'échelle de la ville et de l'agglomération, le bailleur peut penser en termes de gestion et de commercialisation patrimoniale. Nous sommes parvenus à une solution de compromis qui permet de s'inscrire dans une dynamique urbaine à l'échelle de la ville.

 

Un changement d'image primordial. C'est ainsi que le lotissement du Pré-Joli a gagné du terrain sur les emprises foncières libérées par l'ancien quartier de la Catte. Nous nous sommes efforcés de réaliser un effort de cicatrisation urbaine entre différents quartiers qui préexistaient tout en assumant les nouvelles ambitions assignées au nouveau La Catte. Ce quartier deviendra globalement le point de convergence naturel entre les habitants des rives du Caudeau et des Coteaux de Rosette. Avec ces 26 nouveaux logements, répondant déjà aux critères de la haute qualité environnementale, comme pour l'enjeu du nouveau La Catte dans son ensemble, nous nous sommes efforcés de faire prévaloir la notion de qualité architecturale. Ainsi, les nouveaux logements inaugurés permettent de créer une zone de transition entre le nouveau La Catte (sur lequel nous reviendrons) et l'architecture environnante constituée de pavillons. De nouvelles formes géométriques sont introduites. Les bardages colorés de bois amorcent des ruptures de styles tandis que les toitures évoluent vers des formes architecturales plus contemporaines qui seront totalement assumées dans le futur ensemble urbain autour de la maison du quartier nord..

 

Vous l'aurez compris, la nouvelle offre locative du Pré-joli annonce des changements toujours plus importants pour l'évolution urbaine de notre ville. Avec ces 26 logements, il est déjà possible d'habiter dans un petit collectif, en logements intermédiaires et en maisons de ville. Il s'agit, déjà, à ce stade de l'opération de proposer une ébauche de parcours résidentiel sur le quartier.

Publié dans Urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article