16. Remettre l'éducation au coeur de l'action publique

Publié le

alba

 

Nous continuons le rythme de nos réunions publiques destinées à populariser la campagne de François Hollande, sur Bergerac. La cinquième réunion, vendredi dernier, était consacrée aux engagements de notre candidat en faveur de l'éducation.


1. Lorsque l'échec scolaire augmente, la France régresse. Le bilan des conservateurs français en matière d'éducation nationale n'est pas à la hauteur du rang que doit occuper notre pays. L'échec scolaire est d'autant moins une fierté nationale qu'il témoigne d'une régression globale du niveau de notre système éducatif dans le classement des pays de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE). Entre 2000 et 2009, nos écoliers sont passés de la 12e à la 18e place en lecture. La situation n'est pas meilleure quant aux mathématiques puisqu'entre 2003 et 2009, nous sommes passés de la 13e à la 16e place. L'échec scolaire est un échec national lorsque 15 % des élèves sont déjà en échec scolaire à la fin de l'école primaire. Nous comptons 150 000 jeunes qui sortent du système scolaire sans qualification ni diplôme. Comment comprendre que le gouvernement actuel ait supprimé 1 500 postes d’enseignants spécialisés dans l’accompagnement et le soutien des élèves en difficulté (RASED)?

 

place dans les pays ocde

 

 

François Hollande s'engage à ce que les élèves les plus en difficulté bénéficient d’un accompagnement personnalisé pour que, à la fin du quinquennat, le nombre de jeunes qui sortent sans qualification du système scolaire soit divisé par deux. Il renforcera et valorisera les filières d’enseignement professionnel et technologique. Il veut lutter contre la précarité des jeunes. Il offrira à tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans une solution de formation, d’apprentissage ou un service civique.



2. La casse sociale dans l’Education nationale. Il est indispensable de rappeler un certain nombre de réalités concernant l’évolution des effectifs dans l’Education Nationale. On se souvient bien d’un dégraisseur de mammouth qui est désormais, à sa place, comme fidèle soutien du président sortant. Pourtant, comme dans d’autres secteurs de la fonction publique, et au nom d’une logique comptable absurde destinée à rééquilibre un budget de l’Etat largement handicapé par les cadeaux fiscaux aux plus riches, les effectifs de l’Education Nationale ont fondu comme neige au soleil, malgré une hausse du nombre d’élèves.

 

évolution effectifs

 

François Hollande s'engage à créer, en cinq ans, 60 000 postes supplémentaires dans l’éducation.  Ils couvriront tous les métiers. Il mettra en place un pré-recrutement des enseignants avant la fin de leurs études. Pour tous, il rétablira une formation initiale digne de ce nom.

Publié dans Présidentielles 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gérard WOLFF 22/03/2012 00:36


Enfin un problème très important abordé par notre blogueur.


Certes la France connait des difficultés avec son système scolaire et toutes les réformes entreprises depuis des années ont bien du mal à contribuer à l'élévation du niveau
d'apprentissage dans notre pays.


Nous avons tendance à top souvent nous comparer aux autres pays qui, paraît-il ont un bien meilleur enseignement que le nôtre! Nos élèves sont_ils plus mauvais que les anglo saxons, les
scandinaves, les américains du Nord ou les japonais? Qui le sait? On ne peut pas comparer l'éducation à la française à l'éducation à l'anglaise ou à la japonaise!...Les temps de travail, les
coûts et le niveau requis ne sont les mêmes nuls part....Et la France n'a-t-elle pas produite bon nombre de Prix Nobel, de médaillés Franklin (mathémathiques), de grands architectes, de grands
constructeuirs?


De nombreux jeunes sortent des collèges ou lycées professionnels sans diplôme monnayable!...


On demande aux profs d'avoir de plus en plus de connaissances (agrégations) sans formation professionnelle pour les lâcher face à des élèves qui n'ont plus peur "du maître"!


En France et depuis longtemps on veut faire aller le plus loin possible les élèves vers le Bac, mais que signifie le Bac? En facultés on forme à la pelle des licenciés de ça ou de ci qui
ne trouvent aucun débouchés.


On a trop longtemps négligé l'enseignement technique avec des BTS donnant de travail pour former des BTS de tourisme ou de communication sans grand débouchés.


Quand en plus on supprime chaque année des postes d'enseignants , on diminue les crédits d'enseignements en demandant aux facs, par exemple de trouver des partenaires privés!...


Je compte beaucoup sur le programme de François HOLLANDE en la matière mais il faudra tous s'y mettre: enseignants, parents, élus et jeunes!


G Wolff, ex enseignant.