13. Formation : l'amateurisme dangereux du candidat sortant

Publié le

poleemploi

 

Les arguments de campagne commencent à être bien rodés. Le Président sortant est devenu le spécialiste des stigmatisations et du dénigrement de son principal adversaire. Allant même jusqu’à accuser François Hollande d’amateurisme, Nicolas Sarkozy n’a pourtant pas évité la manifestation de sa propre incompétence en matière de formation professionnelle. Emporté par l’une des saillies verbeuses dont il a le secret, le Président de la bande du Fouquet’s souhaitait montrer du doigt les chômeurs pour éviter une remise en cause personnelle de son bilan quant aux chiffres catastrophiques des demandeurs d’emplois en France. Il fallait dans l’urgence mettre en place un référendum visant à rendre obligatoire la formation pour les chômeurs. Le Premier ministre précisait le propos présidentiel en proposant de soumettre à la consultation populaire le transfert des 30 milliards d’euros alloués à la formation professionnelle vers la seule formation des demandeurs d’emplois. Mesure inutile, inadaptée et pour tout dire hors sujet, retour en détail sur cette incompétence dangereuse des sortants.

 

Une méconnaissance du chômage. Il ne faut pas hésiter à se placer sur le terrain des arguments utilisés par le chef de file de l’UMP. Il serait nécessaire de rendre obligatoire la formation des chômeurs parce que les demandeurs d’emplois limiteraient leurs recherches à des métiers directement liés à leur formation initiale. A force de vouloir stigmatiser les demandeurs d’emploi pour faire parler de lui, Nicolas Sarkozy véhicule des images très éloignées de la réalité du chômage. Pour s’en convaincre, il suffit de reprendre les chiffres d’un rapport commandé par son secrétaire d’Etat à l’emploi, Laurent Wauquiez. Selon ce document de Jean Marie Marx de mars 2010 sur la formation professionnelle, pas loin de 75 % des chômeurs retrouvent un emploi dans un secteur économique différent de leur métier et de leur qualification d’origine. Le rapport précise que la plupart des chômeurs l'accepte.

 

Le passif de Sarkozy quant à la formation des chômeurs. Le Président sortant ne peut pas se dédouaner de ses responsabilités passées. Depuis 2007, le gouvernement a remis en cause l’allocation de fin de formation à la destination des chômeurs. Elle a été supprimée en avril 2011, à la demande de l’Etat par le Conseil d’administration de Pôle Emploi. Cette allocation était une garantie financière d’accompagnement des demandeurs d’emplois engagés dans une formation longue pour leur permettre une requalification professionnelle. Le gouvernement a aussi vidé de sa substance le fonds de sécurisation des parcours professionnels qui avait été créé en 2009, lui aussi, à la destination des chômeurs.

 

Sarkozy veut supprimer la formation professionnelle. Par l'annonce du Président sortant de soumettre au référendum le transfert des 30 milliards d’euros de la formation professionnelle, nous nous dirigeons vers la suppression de la formation des salariés et des fonctionnaires. On porterait atteinte aux moteurs de la compétitivité et de la productivité des salariés en France, immédiatement coupés par la mise en oeuvre de la mesure envisagée. On priverait les salariés d'un levier important pour améliorer les conditions de travail. Ces 30 milliards sont composés de 6 milliards pour la formation des agents de la fonction publique, 5 milliards pour l’apprentissage, 13 milliards des entreprises pour la formation de leurs salariés et 6 milliards des Régions et de Pôle Emploi pour financer la formation des chômeurs. Le référendum de Nicolas Sarkozy est donc au mieux une promesse bidon pour occuper l’espace médiatique ou au pire le certificat de décès de la formation professionnelle dans notre pays.

 

Conduire Nicolas Sarkozy au Pôle Emploi, le 6 mai. Ce référendum de l’absurde, s’il devait être mené à son terme, impliquerait de trouver dans l’urgence plus de 4,5 millions de formation immédiates, en suivant les seules règles édictées par le Président sortant. Par ailleurs, est-il bien utile de forcer de jeunes demandeurs d’emploi à accepter une formation alors qu’ils sortent des cursus de l’enseignement professionnel ou universitaire ? En refusant de reconnaître ses propres responsabilités, le candidat sortant en fait payer le prix à la formation professionnelle démontrant une méconnaissance totale de la question plus globale de la formation.

 

Souhaitons au président sortant qu'il puisse se familiariser avec Pôle emploi, le 7 mai prochain, au petit matin, lorsqu'il s'y présentera pour disposer d'une formation adaptée lui permettant une reconversion professionnelle.

Publié dans Présidentielles 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gérard WOLFF 08/03/2012 15:49


Effectivement le 7 mai prochain , je suis sur que les français porteront François Hollande à la Présidence de notre République.


Que fera Sarko? Je ne pense pas qu'il se jette sur le pôle emploi de Neuilly... Mais admettons qu'il s'y rende. Imaginons la scène:


- B'jour Mâme, fait Nico en se haussant sur ses talons pour atteindre le guichet des renseignements sans avoir fait la queue car il y a peu de monde en ce moment.


- Bonjour Monsieur, que souhaitez- vous?


- Ben, un job quoi! M'avez pas reconnu, j'suis Nicolas Sarkozy, j'habite pas loin d'ici, j'étais le député- Maire! Vous rappelez pas? Z'avez la mémoire courte!  Je suis
aussi ancien Président de la République française!!!


- Vous souhaitez vous entretenir avec un de nos conseillers cher monsieur?


Le voici devant un conseiller qui l'a reconnu et qui lui dit:


- Bonjour Monsieur le Président, je suppose que vous êtes à la recherche d'un emploi pas trop fatiguant, bien payé...


- 700 000  € par an avec voiture, chauffeur et appart de fonction (250 m2 mini)


- Quel dommage Monsieur mais nous venons de donner le seul emploi de ce type à monsieur Dominique Marie François René Galouzeau de Villepin, il n'y a pas 2 heures... Un homme très
élégant, poli et souriant...


- Il m'auras tout fait celui la! Bon, il vous reste quoi comme job qui me conviendrait?


- Pour l'instant de nombreuses sociétés recherchent des techniciens de surface, mais en CDD. On demande des ouvriers spécialisés, des jardiniers, des chauffeurs routiers. Non, je ne vois
rien qui soit dans vos compétences. Repassez dans un mois on aura peut être quelque chose pour vous.