8.000 euros pour l'orgue de Saint Jacques

Publié le par Fabien Ruet

8.000 euros pour l'orgue de Saint Jacques

Les journées européennes du Patrimoine ont tenu toutes leurs promesses, à Bergerac, le week-end dernier. Nous nous efforcerons d'y revenir plus en détails dans les jours qui viennent. Pour l'instant petit clin d'oeil sur la soirée d'hier qui devait venir conclure ces journées couronnées de succès.

 

En partenariat avec l'association des amis de l'orgues de Saint-Jacques, ces journées européennes du patrimoine étaient l'occasion de mettre à l'honneur l'orgue de Saint Jacques. Classé Monument historique, au titre de la loi de 1913, il a longtemps était le seul à bénéficié de ce plus haut degré de protection dans notre ville. Pour autant, son classement au tournant des années 1990, se traduira malheureusement pour lui par une incapacité à fonctionner pendant plus de 20 ans. Grâce à la mobilisation sans précédent de l'association, nous avons fait le choix de faire de ce chantier de restauration une priorité patrimoniale de notre mandat. Ce n'est pas sans émotion et fierté que nous assistions en février dernier au démontage de ce bijou du patrimoine local, avant son départ pour 18 mois dans le Gers afin d'y subir une importante campagne de restauration. Dans l'attente, l'orgue de Saint Jacques méritait bien d'être à l'honneur de ces journées européennes du Patrimoine. Grâce au bénévolat de l'association, et à la présence de l'organiste international, Françis Chapelet, dès samedi matin, les bergeracois pouvaient monter à la tribune de l'orgue de Notre Dame pour se familiariser avec le fonctionnel hors du commun de cet instrument.

 

Dimanche après midi, nous évoquions la campagne de restauration de l'orgue, au sein de l'église Saint Jacques. L'orgue Cavaillé-Coll de 1877 est, nous l'avons déjà dit, un des trésors de notre patrimoine local. Une fois la décision actée de lancer la restauration, nous nous devions de prendre un peu de temps pour choisir le meilleur facteur d'orgues possible. Il a été chargé de mener un chantier de restauration particulièrement technique et délicat. Imaginez l'ampleur de la tache déjà accomplie. Pour démonter l'orgue, il a été nécessaire de procéder à un grand relevage de l'instrument, de restituer quelques éléments changés depuis la création de l'orgue. Tous ses éléments constitutifs seront remis à niveau. En parallèle, des travaux sur la tribune permettront de renforcer la solidité de l'ensemble, de déshumidifier pour obtenir un hygrométrie adaptée à la conservation de l'orgue, et enfin de procéder aux mises aux normes électriques. Après 18 mois de travaux, pour une estimation de 203.725 euros, nous aurons la chance de pouvoir ré-entendre ce qui reste comme l'un des plus beaux instruments, reconnu sur le plan international.

 

Dimanche soir, à l'église Notre Dame, devant un public nombreux et conquis, nous organisions un magnifique ciné-concert en l'Eglise Notre Dame. C'était l'occasion de faire partager le plaisir de redécouvrir le film réalisé par Rupert Julian, Le fantôme de l'opéra. Ce film muet de 1925, directement inspiré du roman de Gaston Leroux de 1910, met en scène l'acteur américain Lon Chaney, héros du cinéma muet, et surnommé l'homme aux 1000 visages, pour son utilisation du maquillage. Malgré ses 88 ans, le Fantôme de l'opéra tient toujours toutes ses promesses, et les acteurs déploient leurs talents dans de magnifiques décors. Saluons la formidable initiative des amis de l'orgue d'avoir couplé cette projection à une improvisation magistrale à l'orgue. Pour clôturer la soirée, le Président de l'association des Amis de l'Orgue de Saint Jacques, Yvon Ribeyron, devait remettre au Maire de Bergerac un chèque de 8.000 euros à la Ville, comme participation à la campagne de restauration de notre orgue.

Aux côtés du Président Yvon RIBEYRON, pour la remise du chèque de 8.000 euros

Aux côtés du Président Yvon RIBEYRON, pour la remise du chèque de 8.000 euros

Commenter cet article

WOLFF 19/09/2013 10:38

TBien cet article sur l'orgue de l'ègglise de Bergerac. Moi qui suis serté un bon moment à Toulouse
je savais que c'est au Capitole de la cité rose, s'étaient réfugiés , devant la peur du choléra,
les nobles d'empire (des 2), la bourgeoisie et les aristes. Bref, tous les mélomanes se retrouvvèrent à Toulouse où le Préfet local présenta A. C- Coll au grand Rossini qui fut, ainsi que son financier séduit par le nouveau piano 1/2 piano et 1/2 orgue présenté.
Ce fut le point de départ vers Paris et le lancemennt d'une brillante carrière de facteur d'orgues.
Quant à Francis Chepelet, il est encore le tout 1° organiste mondiaux, "roi" de l'improvisation
et spècialiste de l'orgue espagnol.
G.W., mélomane.