Records de verbalisations du stationnement à Bergerac

Publié le par Fabien Ruet

Records de verbalisations du stationnement à Bergerac

Nous continuons notre voyage en "absurdie" dans le monde du stationnement payant à Bergerac. Aujourd'hui, nous allons partager la vérité sur les chiffres de la verbalisation pour non respect du stationnement payant. Rappelons que pour équilibrer les recettes du contrat qui nous lie à la société privée SAGS, seul l'effet hausse des prix des années passées et l'augmentation du nombre de places de stationnements payants permet de tendre vers le budget prévisionnel. Pas d'autres choix que le rançonnement de celles et ceux qui n'ont pas d'autres choix que de stationner en Centre-ville. C'est surement la partie la plus polémique de mon propos mais c'est aussi la contrepartie du constat de l'absurdité de ce contrat. Pour optimiser les recettes, il est indispensable de pousser des agents de la collectivité à verbaliser à outrance.

 

 

Etat des contraventions

 

2012

2013

2014

2015

2016

Janvier

1199

729

394

1563

1698

Février

1326

333

459

753

1702

Mars

1698

529

0

1181

1699

Avril

1385

561

1141

1571

1679

Mai

949

444

1140

1467

1700

Juin

880

331

1251

1638

1704

Juillet

535

588

1125

1668

1700

Aout

938

1179

1448

1810

1703

Septembre

559

1025

2078

1706

1701

Octobre

1293

1255

1787

1699

1710

Novembre

1587

922

1136

1717

1802

Décembre

704

378

987

1746

1716

TOTAL

13044

8274

12946

18519

20514

 

L'année 2015 avait été marquée par une explosion de la verbalisation puisqu'elle enregistrait une augmentation de 43% par rapport à l'exercice précédent. 10 mois sur 12 dépassaient les chiffres de l'exercice précédent. 8 mois sur 12 décrochaient le record de verbalisation mensuelle. Mais c'était mal connaître les talents des ASVP municipaux et de consignes du Shérif local : Daniel Garrigue, l'homme qui verbalisait plus vite que son ombre. 9 mois sur 12 enregistrent plus de verbalisations que l'exercice précédent. Mieux encore, 8 mois sur 12 enregistrent le record de verbalisations mensuelles depuis 2012. Avec une hausse globale de 11% en 2016, l'exercice de l'année 2015 nous semblerait presque modeste.

 

Il y a désormais plus de contraventions au stationnement payant que d'entrées dans le parking souterrain. 20514 amendes au stationnement payant à Bergerac en 2016 ; près de 56 amendes par jour, dimanches et jours fériés compris ; près de 395 amendes par semaine ; et puis un chiffre comme une absurdité de cette politique de la verbalisation : 1709 contraventions par mois. C'est ce dernier chiffre qui doit retenir toute notre attention.

Contraventions mensuelles pour non respect du stationnement payant

Contraventions mensuelles pour non respect du stationnement payant

Voici toute l'absurdité de la politique de verbalisation, née de l'accord entre la Ville de Bergerac et la SAGS. Pour optimiser les recettes, il a été convenu d'un chiffre à atteindre : 1700 verbalisations par mois. Comment expliquez vous que nous retrouvions quasiment chaque mois le même chiffre ? Comment expliquez-vous que la verbalisation ne varie pas en fonction de la fréquentation du stationnement. Toujours le même nombre de contraventions, même si la ville est déserte ou au contraire croule sous l'arrivée des touristes. Le chiffre de contraventions reste toujours le même. Les agents verbalisateurs (ASVP) n'ont pas la consigne d'être dans la responsabilisation des automobilistes. Ils obéissent, bel et bien, aux ordres municipaux de matraquage en matière de contravention. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois, des agents municipaux ont l'obligation de faire leurs chiffres, d'atteindre leurs quotas, indistinctement de leurs congés ou des arrêts maladie. Ne cherchez pas d'autres logiques dans cette course à la verbalisation. J'arrive encore à être surpris par cette analyse des rapports annuels.

 

Je ne pensais pas pouvoir encore parler de chiffres records aujourd'hui, pour l'exercice 2016. Il me semblait que nos observations de l'an passé auraient pu conduire à de la modération. Il n'en fut rien. La pression de la verbalisation, déjà dénoncée pour l'exercice 2015, ne traduisait q'une montée en puissance, une recherche de la productivité en matière de contraventions : 1.700 contraventions par mois ; pas plus, pas moins.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article