Soutenir les associations dans les quartiers à Bergerac

Publié le par Fabien Ruet

Soutenir les associations dans les quartiers à Bergerac

Le passage du Tour de France en Dordogne mobilise les énergies et les esprits. C'est bien normal pour une manifestation de cette ampleur et pour cette grande fête populaire. Mais prenons le temps de revenir sur la réunion qui s’est tenue fin juin, à l’initiative des services de l’Etat, pour rencontrer les associations bergeracoises œuvrant au titre de la politique de la ville. Avec plus de 5.000 habitants domiciliés en quartiers prioritaires, la Ville de Bergerac est située au cœur de l’arc de la fragilité de la nouvelle Aquitaine. 3 quartiers sont zonés « Quartier Politique de la Ville » ou quartier prioritaire : la Brunetière au Nord, le Centre-ville et le grand Naillac au Sud. Malgré la démolition/reconstruction des quartiers de La Catte/Beauplan et de Naillac, les inégalités demeurent. La mixité sociale a du mal à se créer. Ces quartiers accueillent majoritairement les familles aux ressources les plus modestes. Il n’y a pourtant pas de fatalité à cette situation. Comme pour la Ville en général, je considère que nous pouvons trouver en nous-mêmes les richesses suffisantes pour aller de l’avant. Si nous sommes en droit d’attendre une attention soutenue de l’Etat au titre de la garantie de l’égalité des chances sur l’ensemble du territoire national, je dois avoir l’honnêteté de dire que nous avons la chance en Bergeracois de disposer d’agents de l’Etat compétents, dévoués, au grand sens du service public et attentif aux attentes du territoire. Je le redis : c’est une chance. A nous d’établir les liens suffisants avec les nombreuses associations bergeracoises et mobiliser les énergies.

 

Il ne suffit pas d’affirmer que nous pouvons trouver en nous les richesses suffisantes pour aller de l’avant ; encore faut-il mobiliser nos collectivités pour être à l’écoute et repérer ces sources de projets. Les associations bergeracoises sont une des principales richesses de notre ville. Je regrette souvent qu’elles soient les victimes des arbitrages budgétaires des collectivités locales. Les subventions, même modestes, accordées aux associations ont un effet multiplicateur en énergie et en lien social qui permettent aux habitants d’une ville de respirer et de s’épanouir. Vous comprendrez mes réserves quant à la suppression de manifestations comme la bodega qui permettaient aux associations de générer de la trésorerie via la tenue de buvettes et autres stands de restaurations rapides. Vous comprendrez mes colères répétées en conseil municipal face aux coups de rabots budgétaires qui touchent toujours les associations. Vous comprendrez mon incompréhension face à la politique municipale de faire payer les salles et le matériel mis à disposition des associations pour organiser des manifestations. Il n’y a pas de petites manifestations : de l’organisation d’un simple repas de quartier ou à l’organisation du repas du 14 juillet par le Sport Nautique Bergeracois, il n’est pas normal de faire payer les associations pour ces moments de bonheur offerts aux bergeracois.

 

En réunissant les associations qui sont situées dans les quartiers prioritaires de Bergerac, je souhaitais leur témoigner de ma reconnaissance envers l’ensemble des bénévoles. Il était important de faire connaître les procédures pour bénéficier d’un accompagnement financier au titre de la Politique de la Ville, d’identifier les interlocuteurs pour ne pas se perdre dans les méandres du formalisme administratif, de comprendre qu’il est possible de bénéficier d’un soutien dès lors que l’association s’inscrit dans une logique d’appel à projets. C’est une des voies complémentaires que je m’efforce d’accompagner au sein de la Communauté d’Agglomération. Il faudra que nous échangions ensemble sur le monde associatif. Un questionnaire participatif sera nécessaire. Nous vous le préparerons pour la rentrée de septembre dans le cadre du blog et par des rencontres concrètes.  

Soutenir les associations dans les quartiers à Bergerac

Commenter cet article

biquet 11/07/2017 18:27

N'oublions pas le travail du dimanche qui detourne les bénévoles des asso et perturbe la participation des pratiquants.