La CAB dans le réseau d'alerte des finances locales

Publié le par Fabien Ruet

La CAB dans le réseau d'alerte des finances locales

C’est au détour d’un échange, hier soir, dans le cadre de débats au Conseil Communautaire, que le Président Frédéric DELMARES a révélé à l’ensemble des élus présents que la Communauté d’Agglomération Bergeracoise venait d’être placée dans le réseau d’alerte des collectivités locales, par les services de l’Etat.

 

L’entrée de la CAB dans ce réseau d’alerte des finances locales résulte d’une procédure interne de l’Etat et confidentielle. Il s’agit d’un instrument interne au réseau du Trésor public et aux préfectures, les informations issues du réseau d’alerte devant faire l’objet d’une démarche commune du préfet et du trésorier payeur général auprès des élus concernés. Dans le cadre de la procédure d’inscription sur le réseau d’alerte, les collectivités font l’objet d’une notation par les services de l’Etat, à l’aide d’indicateurs et de critères d’endettement et de pression fiscale, les risques potentiels pesant sur certains budgets ». Au vue de cette note, et concernant les exercices budgétaires 2015 et 2016, il a été décidé de cette inscription pour la Communauté d’Agglomération Bergeracoise.

 

L’inscription de la CAB dans le réseau d’alerte des finances publics, notamment au regard de l’exercice budgétaire 2016, vient malheureusement clôturer une séquence politique par laquelle nous avions alerté sur la nécessité de réformer la gestion de notre jeune établissement public de coopération intercommunale. Nous n’avions pas menti. Nous n’étions pas inutilement alarmistes. L’heure ne doit plus être à la polémique mais bel et bien à cet esprit de rassemblement et de responsabilité que nous avons appelé de nos vœux au début de l’année, à l’occasion des nouvelles élections du bureau de la CAB. Notre territoire souffre, au cœur de cet arc de la fragilité de la Nouvelle Aquitaine.

Nous avons un besoin quasi vital de disposer des moyens de notre développement. La sortie de ce réseau d’alerte des finances locales est une priorité, à laquelle nous nous efforçons d’apporter les réponses appropriées sans augmentation de la fiscalité et avec le souci d’optimisation du service rendu aux Bergeracois. La feuille de route de ces trois prochaines années est claire.