Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog-notes  de Fabien RUET

Le blog-notes de Fabien RUET

BERGERAC : aujourd'hui, demain...


Nouvelle saignée pour les associations bergeracoises

Publié par Fabien Ruet sur 29 Mars 2017, 15:21pm

Catégories : #Bergerac, #Associations

Nouvelle saignée pour les associations bergeracoises

Lors du dernier Conseil municipal, nous ne devions pas être surpris quant au traitement réservé aux associations par la municipalité. Après le pain sec et l’eau en 2015, la saignée de 2016, c'est le curage à l’os quant à l’édition 2017 des subventions municipales aux associations. Lors des Orientations Budgétaires, une baisse globale de 50.000 euros nous avait été annoncée. C’est en réalité une baisse de 132.122 euros qui sera finalement imposée. Curieux télescopage des dossiers que de baisser de 11% le budget des associations lorsqu’il est décidé d’augmenter les indemnités de certains élus municipaux de près de 40%. Rien à voir, certains me répondront. Tout au contraire, rétorquerai-je. Nous sommes au cœur de notre sujet. L’attribution des subventions comme le vote des indemnités est le même fait du prince. Quelles sont les règles pour faire subir une baisse de subvention ? A l’inverse, quelle est la motivation pour une augmentation ? Tout laisse à penser que si vous participez aux estivales du Port, pour éviter le naufrage municipal de cette manifestation, vous bénéficierez des dernières largesses de la municipalité. Attention déstockage de printemps avant liquidation définitive prévue en 2020.

 

Il faut vraiment se creuser la tête pour comprendre les raisonnements et les logiques qui ont prévalu à cette répartition des subventions. Il y a naturellement les subventions de fonctionnement qui, d’année en année, sont la cible des coupes budgétaires municipales. Pour 2017, la baisse sera de 35.000 euros, soit une diminution de 5.5%. En 2016, rappelons que 60.800 euros avaient déjà disparu de cette même enveloppe municipale, soit 9%. « La saignée, la saignée, et encore la saignée », c'est l’équipe de Daniel Garrigue en bon disciple des docteurs Diafoirus de Molière. Mais voilà, les associations ne sont pas du théâtre et leurs bénévoles ne sont pas des malades imaginaires. A écouter la municipalité nous devrions nous réjouir que la baisse soit moins forte que l’an dernier. Et pour cause, les associations sont exsangues. Quant au théâtre parlons-en. La culture restera encore l’enfant pauvre de la municipalité avec une nouvelle baisse de 20% de leurs subventions de fonctionnement. Le sport n’est pas mieux loti, en cette année «vitrine» avec le retour du Tour de France. Une baisse de 20.000 euros sera encore prodiguée aux associations sportives. Et j’insiste volontairement sur cette évolution négative des subventions de fonctionnement car elle fait directement écho à l’annulation de la bodega 2017. Cette dernière manifestation était l’occasion pour un grand nombre d’associations sportives de se constituer de la trésorerie et de compenser par la générosité des Bergeracois les baisses récurrentes de subventions. Et je ne parle même pas de l’impact plus global et désastreux en termes d’animation de la ville lié à cette annulation.

 

Ce n’est donc pas la hausse globale de 7.609 euros des subventions exceptionnelles qui viendra compenser les baisses des subventions de fonctionnement. Notre ville souffre et elle a besoin d’associations dynamiques tout au long de l’année ; pas seulement quelques jours par an, pour compenser la propre faiblesse de la programmation évènementielle de la municipalité. On voit bien où sont les priorités municipales. Il s’agit seulement de meubler la programmation des estivales du port, dont la notoriété n’arrive même pas à dépasser les rives du Caudeau et les coteaux de Monbazillac. Nous ne serons pas surpris de trouver, à titre exceptionnel, 6.500 euros pour l’animation de deux soirées sur le port autour du Flamenco par les Chicas del Sol… Ironie du sort quand on sait que la même municipalité a cassé la dynamique associative et évènementielle qui existait jusqu’en 2014 en la matière avec la suppression du Festival Flamenco sur la Place Gambetta. Quand je vous dis qu’il n’y a pas d’autres logiques que le fait du prince ! Le plus triste reste que ce sont les associations et les bénévoles qui doivent supporter ces choix catastrophiques et cette absence de critères objectifs d’attribution des subventions. La ville s’ennuie. La ville se meurt. Le bon docteur Garrigue propose une nouvelle saignée aux associations. Diafoirus vous disais-je.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents