Fin de la Foire Expo : Bergerac s'ennuie

Publié le par Fabien Ruet

Fin de la Foire Expo : Bergerac s'ennuie

C’est complètement au hasard d’un échange avec la presse locale que j’ai appris que la Foire Exposition de Bergerac n’aurait pas lieu. Cet abandon s’ajoute à celui encore plus grave de l’annulation de la bodega. La Ville se meurt dans ses animations et le maire de Bergerac s’isole sur son belvédère pour contempler sans doute le vertige du vide des animations de ses estivales. Faut-il être juste touriste pour bénéficier d’une animation gratuite et familiale à Bergerac. Après le sacrifice du festival Flamenco, l’abandon de la bodega, l’arrêt de la foire exposition sonne le glas des distractions grand public. Et de grâce n'allez pas  nous y mêler l'organisation du Tour de France. Le calendrier et les moyens se concentrent sur quelques soirées sur le Port. C’est ainsi parce que le Maire et son équipe municipale l’ont décidé.

 

Pour l’ancien Président du comité de la Foire Exposition des Rives de la Dordogne que je fus, cette présente défection n’est malheureusement pas une surprise. J'ai conscience d'être le défenseur d'une certaine madeleine de Proust... Quand fin 2010, la décision nous fut imposée d’arrêter l’organisation d’une manifestation dont la première édition remontait au 6 septembre 1930, nous savions que la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Dordogne héritait d’un évènement  repensé dans les années 1970, qui avait connu le succès dans les années 1980, avait vécu sur sa réputation dans les années 1990 et avait décliné dans les années 2000. Nous étions les détenteurs d’une tradition chère aux cœurs des bergeracois, celle qui permettait tous les deux ans de bénéficier de rabais commerciaux importants et surtout d’en profiter pour aller voir les vedettes du Music-Hall et de la scène parisienne. Qui n’avait pas un souvenir à la foire exposition ? Mais à l'heure des centres commerciaux et d'internet, de la flambée des cachets des artistes et de la multiplication des grandes salles de concert, nous n'avions sans doute pas réagi assez vite. La CCI avait fait le choix de se positionner sur un choix de calendrier en mai pour ne pas concurrencer la foire de Périgueux. Cela permettait aussi de trouver un nouveau public d’autant que la gratuité de la manifestation permettait pour les Bergeracois de se distraire. Pour de nombreux artisans, il était encore possible de nouer des contacts. Je trouve regrettable que la manifestation soit désormais sacrifiée sans qu’une solution alternative puisse être trouvée. Le tissu économique souffre et il faudra bien compenser cette source de contacts commerciaux désormais perdue.

 

Du point de vue des manifestations, c’est la douche froide. Dans le cas présent, les contraintes de sécurité ne sont pas un argument. Depuis trois ans, toutes les manifestations sont sacrifiées pour concrétiser jusqu’à l’absurde le projet des estivales du Port. L’arrêt de la bodega doit être évidemment évoqué. Lors du vote du budget 2017 de lla Ville de Bergerac, j’avais évoqué les sacrifices demandés aux associations. Ce n’était plus une ceinture à serrer mais un cilice ; au regard des baisses de subventions successives. C’est aujourd’hui la double peine avec l’abandon de la bodega. Cette manifestation populaire et familiale permettait à de nombreuses associations de pouvoir générer de la trésorerie par la vente de boissons et de restauration rapide. Quant au public, aux Bergeracois, pour toutes celles et ceux qui n’ont pas les moyens d’avoir accès aux distractions payantes, c’est encore un sacrifice, la perte d’un petit moment fugace de bonheur, du simple plaisir de se retrouver. De ma litanie de reproches que j’adresse au Maire et à son équipe municipale, c’est sûrement celui-là qui me tient le plus à cœur. Il ne faut pas avoir de snobisme dans l’organisation des manifestations. La bodega comme la foire exposition étaient de ces rares moments où nous pouvions nous retrouver, oublier la dureté du quotidien…

Commenter cet article