Non à la disparition d'un parc public au Tounet

Publié le par Fabien Ruet

Non à la disparition d'un parc public au Tounet

Mon attention a été attirée, il y a quelques jours, par des propriétaires riverains d'un espace vert de la rue Sail d'Escola, au Tounet, sur la rive gauche de Bergerac. Ces derniers venaient de recevoir un courrier de la Ville pour connaître leurs intentions quant à une proposition municipale de privatisation du parc qui jouxte les propriétés. Par le passé, j'ai permis l'accession à la propriété pour une grande partie des locataires présents dans ce quartier. Cet espace vert était un atout non négligeable pour les habitants, leur offrant un lieu de détente et de jeux pour les plus jeunes. Bien entendu, au cas par cas, il était tout à fait possible de céder quelques espaces à des propriétaires riverains afin de donner plus de cohérence à leur propriété et au lotissement lui-même. Pour autant, en s'adressant simultanément et exclusivement à 12 propriétaires sur les 21 maisons concernées (le reste des habitants sont locataires), la Municipalité de Bergerac s'est engagée dans un choix politique de privatisation du cadre de vie des habitants. C'est un choix que je dénonce et sur lequel je demande qu'une concertation préalable soit engagée rapidement auprès des riverains concernés.

 

Le constat. Cette proposition de privatisation de l'espace vert des rues Sail d'Escola et Bertran de Born est un choix municipale. Elle est motivée par des raisons purement idéologiques. Tous les habitants du quartier, que j'ai consultés, souhaitent que cet espace vert soit préservé ; y compris ceux qui pourraient prétendre à une acquisition partielle de terrain. Il faut bien comprendre que ce parc est un espace commun qui n'est pas le résultat de la simple application d'une règle d'urbanisme. C'est un lieu de détente pour tous les membres de la famille, un lieu de rencontre pour les habitants, ... une contribution si simple et si élémentaire au vivre ensemble dont nous avons tant besoin.

En revanche, depuis deux ans, tout le monde constate la dégradation de l'entretien de ce parc. Ma simple photo peut en témoigner. Cette proposition de vente de l'espace vert est donc la traduction de ces carences. Je dénonce les choix budgétaires qui ont conduit à supprimer les contrats d'avenir, privant les services de moyens. Je dénonce ces choix budgétaires inutiles en faveur de parkings, belvédère et autres bornes automatiques de stationnements. C'est une fuite en avant... et demain ? Raisonnons par l'absurde. A force de réduire les moyens des espaces verts, la municipalité mettrait-t-elle en vente le Jardin Perdoux parce qu'il est coûteux en entretien ?

 

Mes propositions : Il n'est pas trop tard pour réagir. Je demande au Maire de Bergerac d'organiser rapidement une réunion de concertation auprès des riverains. Il entendra, j'espère, leurs souhaits de préserver leur parc. Je lui propose, en outre, de reprendre nos recommandations en matière de gestion différenciée des espaces verts. Le temps n'est plus aux étendues de pelouse. Des solutions existent pour renforcer la biodiversité locale, réduire les charges d'entretien et améliorer le cadre de vie : aménagement de prairies fleuries, politique intelligente de boisement, gestion partagée de l'espace... La présence de ce parc est une chance pour le lotissement. Ne la gaspillons pas par des décisions où le politique accepte la facilité de l'absurde.

 

Publication n°603. FR

Commenter cet article

bATAILT 01/09/2016 20:49

NON IL NE FAUT PAS PRIVATISER LES ESPACES VERTS ILS SONT DEJA PEU NOMBREUX !