Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog-notes  de Fabien RUET

Le blog-notes de Fabien RUET

BERGERAC : aujourd'hui, demain...


Label endormi : Bergerac Ville d'Art et d'Histoire

Publié par Fabien Ruet sur 15 Septembre 2016, 07:27am

Catégories : #Ville d'art et d'histoire, #Engagements et humeurs, #Bergerac, #Patrimoine

Label endormi : Bergerac Ville d'Art et d'Histoire

A Bergerac, sans doute plus qu’ailleurs, les journées européennes du Patrimoine sont devenues un prétexte pour prouver les efforts engagés par les collectivités locales en faveur de la préservation du patrimoine. Dans notre ville, elles deviennent un alibi pour masquer l’abandon de toute politique structurante en la matière, victime des coupes budgétaires. Le label Ville d’Art et d’Histoire, pour lequel je me suis tant battu, est au point mort. Je rappelle qu’il devait engager la Ville dans une sensibilisation des bergeracois tout au long de l’année à la diversité de leurs patrimoines. Il n’en est rien. La municipalité s’est perdue en opération au coup par coup. Aucune activité périscolaire n’est tournée vers la vulgarisation du patrimoine. Quel est le bilan de la municipalité depuis plus de 2 ans et demi ?

 

Le site de Moulin de Pile, dont j’ai initié et impulsé le sauvetage, achève à peine la première phase de sa mise en valeur. L’accessibilité aux Personnes à Mobilité Réduite a été totalement bafouée. Le lien avec le Musée de la Ville, appelé à devenir Centre d’Interprétation à l’Architecture et au patrimoine (condition du label), n’a même pas été travaillé. Le Moulin de Pile devient un point d’intérêt parmi d’autres, perdu au milieu d’un dépliant touristique. Mais le lien avec les Bergeracois ?

 

L’éperon sera le point d’orgue de la politique municipale pour les présentes journées du Patrimoine. En réalité, il s’agit d’une capitulation du politique face à une exigence de certains services municipaux pour lesquels il fallait remonter l’éperon sur le site même de sa découverte. C'était ne pas tenir compte des réalités urbaines de la ville d'aujourd'hui. Le voilà désormais livré comme curiosité aux abords d’un parking, perdu au milieu de la circulation automobile. L’éperon devient l’urinoir canin le plus couteux de l’histoire. Où est le lien avec les Bergeracois. Comment faire sens auprès des Bergeracois ? Je persiste dans l’idée qu’un autre site était possible.

 

L’acquisition de la chapelle abandonnée de la rue de la citadelle est également présentée comme le futur site dédié aux archives municipales. Il n’y a pas l’ombre d’une ligne budgétaire pour ce projet, dans une rue sans stationnement. Oublié l’espace dédié à la mémoire écrite et photographique de la Ville, prévu dans le label. Encore une opération coup de poing, au gré de l’humeur du moment.

 

Il y aurait dans doute beaucoup à dire sur la politique municipale en matière de valorisation du Patrimoine mais je me contenterai d’une liste non exhaustive : abandon du Règlement Local de Publicité, abandon du projet d’évacuer définitivement le Port des voitures, abandon du chantier de restauration de l’église Notre Dame pourtant classé Monument Historique, abandon de l'agenda 21 pour valoriser le patrimoine naturel… Alors ne nous y trompons pas, la célébration de ces journées européennes du Patrimoine n’est qu’une mascarade.

Commenter cet article

Villenave Bernard 15/09/2016 12:36

Je pense que c'est une municipalité qui ne tiens pas ses engagements, et que ça serviras aux Bergeraçois je l'espère pour les prochaines élections municipales .

batailt 15/09/2016 12:11

Il y a du soucis à se faire, en vous lisant on nous promet que des balivernes !

batailt 15/09/2016 12:10

il y a du soucis à se faire, on ne nous raconte que des balivernes, c'est triste.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents