Graves inquiétudes pour les salariés de la conserverie de Bergerac

Publié le par Fabien Ruet

Graves inquiétudes pour les salariés de la conserverie de Bergerac

Mon attention a été attirée par des salariés de la conserverie de Bergerac, inquiets quant à leur devenir professionnel. C’est un plan social, à l’ampleur sans précédent, qui est en préparation sur l’usine de la route de Prigonrieux ; d’une importance telle que c’est la pérennité même de la structure qui est en jeu.

 

Les salariés sont dans l’expectative : sur 31 salariés, 23 devraient faire l’objet d’une procédure de licenciement économique. Seuls 8 d’entre eux pourraient être conservés afin de maintenir l’activité tomate au sein de la structure de Gala. Sur la base du volontariat, deux salariés pourraient se voir proposer un reclassement sur Castelmoron.

 

Après la reconversion d’une partie du site de l’ESCAT, par le groupe DAUCY, les salariés ne comprennent pas cette décision brutale d’entreprise qui condamne la conserverie. La faiblesse du nombre des reclassements appelle des réactions afin que des solutions sociales soient apportées. Au regard de l’importance de la conserverie, des enjeux d’investissements publics liés à l’implantation de DAUCY sur Bergerac, toute la transparence doit être apportée sur la situation économique de la conserverie de Bergerac.

 

Parce que le bassin de l’emploi bergeracois est suffisamment sinistré, la situation des salariés de l’usine de Gala doit faire l’objet de toutes les attentions. Ne perdons pas de vue, qu’en pleine saison d’activité, la conserverie était un vecteur d’emplois saisonniers d’autant plus important qu’elle pouvait s’apparenter à un amortisseur social.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article