Démocratie participative à la Maison Citoyenne

Publié le par Fabien Ruet

Démocratie participative à la Maison Citoyenne

La Maison Citoyenne Bergeracoise est une association, fondée sur les principes de la loi de 1901. Elle a pour mission d'oeuvrer et de développer une culture de la démocratie participative à Bergerac. Elle souhaite s'efforcer de rapprocher la vie politique des citoyens en leur permettant de se l'approprier. Elle défend les valeurs de la République de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Laïcité. Elle était une promesse électorale de notre dernière campagne cantonale, lorsque nous avons frappé à près de 8.000 portes. Elle est aujourd'hui présidée par Thierry Larelle. Elle est exclusivement financée par ses adhérents. Son siège est au 34 de la rue des Fontaines. 

 

Au titre des différentes actions de démocratie participative qu'elle propose, Jacqueline SIMONNET, Christiane DELPON et votre serviteur, furent inviter à préparer la prochaine séance du Conseil municipal, dans le cadre d'une réunion publique. Je tenais à partager avec vous un retour d'expérience.

 

En premier lieu, la fréquentation fut importante parce que près de 25 personnes ont répondu présents à cette première invitation. Ce fut concrètement l'occasion d'enrichir nos futures interventions en séance, en les enracinant davantage dans le réel. Prenons l'exemple du dossier du stationnement. Outre le mécontentement populaire quant à l'augmentation des tarifs, il nous a été expressément demander d'insister sur la dangerosité du Foirail pour y transférer les foires attractives. En séance, le Maire a ainsi pris en compte cette demande. Mais ce fut aussi l'occasion pour certains participants de venir transmettre de vraies doléances qui nous ont permis d'intervenir plus directement en séance. Je peux ainsi prendre l'exemple de l'arrêt des Contrats d'Avenir (dont nous avons parlé lors de notre précédent billet). Ce fut aussi une délégation de la rue Ambroise Paré, venue spécialement à notre rencontre pour nous révéler l'absence totale de concertation de la municipalité quant à l'entretien du Pissessaume. Jacqueline SIMONNET pouvait ainsi poser une question diverse sur ce sujet.

 

L'exercice nous permet enfin de mieux nous approprier les différents dossiers du Conseil et de faire oeuvre de pédagogie. En conclusion, je suis conforté dans l'idée qu'il est indispensable de poursuivre ce type d'exercice car il est utile et agréable de rendre des comptes et de prendre l'avis de nos concitoyens. Si dans un futur plus ou moins proche, nous devions revenir aux responsabilités, il sera indispensable de perpétuer cet état d'esprit et cette méthode. Rendez vous pour une prochaine séance publique de préparation.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article