Beauplan, mission accomplie ?

Publié le par Fabien Ruet

Beauplan, mission accomplie ?

C’est dans l’indifférence quasi générale du grand public que la dernière barre d’immeuble de la cité de Beauplan est tombée, la semaine dernière. Alors que le maire de Périgueux ne parvient pas à accompagner socialement et humainement la recomposition du quartier du gour de l’arche, nous sommes parvenus, en 5 ans, à régler ce dossier et à doter la ville de sa première éco-cité.

 

C’était à l'occasion du Conseil municipal du 25 mars 2010, que nous décidions de trancher sur le devenir de la cité de Beauplan. Nous entérinions la démolition totale de la cité de Beauplan, celle que nous avions dénommée, lors de notre entrevue avec le Préfet de Région, les « oubliés de Beauplan ». Les habitants avaient été exclus des intentions gouvernementales en termes de rénovation urbaine, relégués au rang de vague option par le maire de l’époque, Daniel Garrigue. Il y avait pourtant urgence à agir sur la cité de Beauplan. Construite en 1962 pour accueillir les rapatriés, la cité était une anomalie urbaine par l’implantation de bâtiments collectifs de 103 logements, dans une zone essentiellement pavillonnaire, à la périphérie de Bergerac. Sur le plan social, la paupérisation des locataires y était marquée (28% des locataires avaient un emploi). Il n’en demeurait pas moins que les habitants restaient très attachés à leur cité :

  • 35% des ménages occupaient le même logement depuis plus de 10 ans,
  • un habitant sur 10 y résidait depuis plus de 25 ans.

 

Face à cette situation et à une dégradation plus marquée des logements, le bailleur et la Ville de Bergerac avions décidé de ne plus attendre d’hypothétiques promesses parisiennes. Nous faisions le choix de partir seuls dans la rénovation urbaine de Beauplan. Seuls, mais toujours en nous appuyant sur le Conseil régional, le Conseil général et la commune. Nous faisions le choix d’une démolition totale. C’était un choix difficile. Nous étions aux côtés d'un bailleur, à l'époque local, qui acceptait la démolition de bâtiments amortis et dont la collecte des loyers garantissait les capacités d’autofinancement. C’était un choix qui imposait d’accompagner chaque famille pour réduire le traumatisme d’une démolition et les chamboulements liés à un déménagement rendu inévitable.

 

Aux côtés des architectes retenus, nous nous étions engagés sur le registre de l’éco-cité pour un projet d’une durée maximale de 5 ans. Le pari est réussi. Les délais respectés nous donnent raison. L’éco-cité a supposé de reconstruire sur site par l’acquisition de terrains supplémentaires et sur ceux libérés par les démolitions. Ne pensez pas que l’éco-cité était un simple intitulé destiné à se mettre au goût du jour. Elle a permis la construction de Bâtiments Basse Consommation (BBC) mais en lien avec l’aménagement urbain, réfléchi en terme d’économie des réseaux, de connexion aux modes de transports collectifs, à la place centrale accordée aux déplacements doux. L’éco-cité a été le produit d’une approche globale de l’architecture et de l’aménagement urbain.

 

Aujourd’hui, la dernière barre de Beauplan est tombée. Je suis fier du travail accompli. Je regrette que la nouvelle municipalité ait oublié de souligner l’accomplissement de cette réalisation. Je regrette aussi que nos projets d’aménagements paysagers autour de la maison de Beauplan aient été abandonnés.

Publié dans Logement, Urbanisme, Bergerac

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-Christophe 29/05/2015 10:31

Bravos.

De toute façon le nouvel ex maire a pour projet des qu'une difficulté se présente , soit d'abandonner soit de detruire soit d'accuser ou d'insulter.. Il a fallu rattraper ses echecs et reves de CLUB MED à Pombonne.. puis rattraper les monstrueux logement inoccupés à coté du LIDL de la route de Bordeaux qui sont le long de la dordogne et qui depuis la rive droite depuis le long de la Promenade Pierre Lotti fait un bloc affreux qui detruit la vue sur les coteaux de Monbazillac.... Il veut detruire le plus vieux cinema de Bergerac, Detruire une maison du 15ieme siecle sous les yeux ahuris des responsables des monuments de France! sans chercher a se battre il abandonne§ et Pour Jean Moulin une augmentation en fleche des loyer alors que la cité est desormais propriété de la Ville une dame paye aussi cher le loyer de son studio que ce que paye une personne de ma famille dans le double de surface! car desormais quand une personne part d'un logement de Jean Moulin et une autre s'installe le loyer est fixé au maximum ce qui instaure un racket sur les APL perçu et une ruine pour les retraités notamment§ sans parlé de la fin de la police municipale de nuit qui induit des vols de vehicules reguliers a Jean-Moulin , et l'amenagement de l'impasse Pierre Larue et ses espace vert prévue ne seront jamais fait§ ce qui fait excusez moi du terme degueulasse! et les nouvelles Galerie sous les insulte de l''ex nouveau maire n'aurait jamais pu se debloquer§ car invective accusation bref au lieu de repondre sur le fond L'ex nouveau psychologise les chose et accuse l'auteur sur sa personnalité au lieu de répondre aux arguments. Ah oui pour les loyer de Jean Moulin si l'on veut retrouver un loyer normal il faut s'incliner devant le roi de Bergezrac qui peut accorder gracieusement selon son bon vouloir de remettre le loyer a ce qu'il aurait dû etre! Alors que les loyer devrait baisser§ car les logements appartiennent a la ville§ c est un e honte et une politique qui ne transformera en rien Bergerac§ et je t'invite Fabien a prendre des Photo de Bergerac maintenant et de les sortir aux prochaines municipales§ Bergerac n'aura pas changé d'un iota§ le but c est l'immobilisme§ un mandat pour rien! pour accuser invectiver et mordre bref ne pas repondre mais psychologiser ..une honte!