Quand le Maire de Bergerac renonce à ses projets.

Publié le par Fabien Ruet

Quand le Maire de Bergerac renonce à ses projets.

Les réunions de quartier se succèdent et le monologue introductif du Maire gagne en longueur. Hier soir, les habitants du quartier Nord étaient ainsi appelés à participer à leur première réunion. Paradoxe, tour de force ou amnésie partielle, Daniel GARRIGUE aura fait l’impasse sur le devenir du quartier en lui-même ; une heure sans dire un mot sur les grandes mutations de la Catte. Et puis, au détour d’une phrase, comme noyée dans la traditionnelle litanie sur la communauté d’agglomération, une annonce qui pourrait presque passer pour inaperçue : « la situation financière nous fait renoncer à de nombreux projets ». Si la semaine dernière, je concluais à l’absence de vision et de projets pour  Bergerac ; désormais, je comprends mieux, l’heure est au renoncement.

 

En premier lieu, je ne peux que m’étonner sur cette absence de projets spécifiques pour le quartier Nord de Bergerac. Si, je dois être honnête, comme renouant avec ses anciens amours immobiliers, le Maire souhaite voir se concrétiser un projet de lotissement privé sur le petit Rooy, en contre-bas du château Mounet Sully, défigurant un coteau... Le marché immobilier est saturé mais qu'importe. Mais mon étonnement est d’autant plus grand que  cette réunion se déroulait, hier soir, salle René Coicaud, au cœur de l’ancien quartier de la Catte. Je n’espérais pas que le nouveau Maire salue le travail de mutation urbaine qui a été engagé sur ce quartier ; comme à son habitude il aurait pu s’en approprier la paternité. Mais ne rien dire est le signe profond d’un désintérêt quant aux projets de développement et d’urbanisme à apporter à notre ville. Le nouveau la Catte est justement un projet que nous avons voulu pour l’ensemble des habitants du quartier Nord ; comme un point de convergence des habitants entre le Caudeau et les coteaux. La mixité sociale y a été pensée aussi bien dans les politiques de logement que dans le type de constructions retenues. Des réserves foncières importantes permettent d’anticiper le développement de la vie à l’échelle des quinze prochaines années. Mais rien, pas un mot ; un tour de force, je  vous dis. C’est bien toujours le signe de l’absence de vision.

 

Au moins, la réunion nous aura apporté une confirmation. Non seulement, la nouvelle municipalité n’a pas de vision mais elle n’a plus de projets. C’est vers 19 h 40 que l’information a été donnée par Monsieur GARRIGUE. Comme je vous le disais en introduction, voici ses propos exacts : « la situation financière nous fait renoncer à de nombreux projets ». Quels sont les projets abandonnés ? Ils n’étaient déjà pas si nombreux. Cette annonce mérite aujourd’hui d’être précisée. Le passage en régie des cantines scolaires est-il déjà condamné alors que nous ayons déjà pointé du doigt les retards que prenait la municipalité. Le maire de Bergerac doit désormais s’expliquer et préciser la nature de ses renoncements.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article