Monsieur GARRIGUE, quel bilan après 6 mois ?

Publié le par Fabien Ruet

Voici la réponse que notre groupe politique apporte à cette conférence de presse organisée par Daniel GARRIGUE.

 

Daniel GARRIGUE, quel est votre bilan après 6 mois de mandat ? Après lecture de l’article du Sud-Ouest du 27 Septembre 2014 nous répondons :

 

« Rien ! À part des effets de manche ».

 

Ainsi, apprend-on que la fiscalité de Bergerac ne sera pas augmentée en 2015.

Sauf que dans le même temps, c’est l’ensemble du tissu Associatif, pas moins de 13 000 adhérents tout confondus, soit près de la moitié de la population, qui déjà fait l’objet d’une baisse de 15 % de subvention à laquelle s’ajoute la facturation des services. Et sur qui va donc se répercuter ce choix, d’après vous ? Les familles et ce sans distinction de ressources.

 

  • La politique ce n’est pas qu’une histoire de lumière au plafond.

Ainsi apprend-on que la ville, en partenariat avec le Syndicat Départemental d’Energies, va se lancer dans la rénovation de l’éclairage public. Bonne nouvelle, mais là encore le travail a été initié, il a été évalué à 8 millions d’euros, et nous, nous avions négocié une participation du SDE à plus de 1 million d’euros ainsi que le maintien du financement de la fibre pour Bergerac centre. Il est bon parfois de connaître ses dossiers, le contribuable pourrait l’apprécier.

 

  • La politique ce n’est pas qu’une histoire de déclaration sans suite.

Ainsi apprend-on que pour la restauration scolaire, et bien il faudra encore attendre à tel point que la ville n’aura bientôt pas d’autre solution que de relancer un appel d’offre pour une Société privée de type SCOLAREST.

Sur la question de l’emploi, Daniel GARRIGUE s’approprie des projets qui ne relèvent pas du tout de la municipalité : le diagnostic sur les prévisions de l’emploi (GPEC) est un projet porté par les deux Espaces Economie Emploi, Bergerac et Lalinde dont la ville de Bergerac n’est qu’un partenaire parmi les autres (CAB, CG, Communauté de Communes de Lalinde…)

 

  • La politique ce n’est pas qu’une histoire de parking.

Ainsi apprend-on que la négociation avec SAGS est presque aboutie avec une première annonce : il y aura une progression des tarifs dès le 1er Janvier 2015, par sûr que cela corresponde aux attentes des Bergeracois et des commerçants. Pas plus d’ailleurs que la fermeture du parking du port, remplacé par une verrue Place du Foirail faisant perdre plus de 80 places de stationnement GRATUIT.

 

Et si non tout va bien dans les Centres Sociaux ? Quel est le projet pour les quartiers prioritaires ? Comment se règlent les problèmes de tranquillité publique ? De vol ? De violence ? D’insécurité ?

 

La politique jeunesse ce n’est pas que des mots ou un élu référent : le site internet de la ville parle de l’espace jeunes et du BIJ alors que ces structures appartiennent à la CAB qui définit et mène la politique jeunesse sur tout le territoire.

 

Bref, quand on a rien à dire on raconte des histoires…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Wolff 17/10/2014 16:38

Non, cher Fabien, "Quand on a rien à dire on la ferme!", disait Audiard...
Effectively où en sont les simples mesures de stationnement gratuit, Nada.
Effectivement, et tu as raison sur tous les aures poblèmes soulevès...Itou nadan tambien!
Bref, c'est tellement ficelé tout ça que ça en devient ridicule!
Bien à toi.
Ton vieux pote de Parti.