Comment nous avions préparé le retour en régie des cantines

Publié le par Fabien Ruet

Après plus de six mois perdus en gesticulations et réunions, le Maire de Bergerac a fini par se rallier à la solution de l’opposition municipale de Bergerac, forte du travail accompli par notre ancienne majorité dans la diversité de ses composantes. En annonçant médiatiquement le retour en régie de la restauration scolaire, Daniel Garrigue ne fait que mettre un terme à un immense gâchis dont il fut l’instigateur dès son premier mandat. Nous connaissions sa passion pour l’abandon du service public comme en témoigne le parking souterrain ruineux et l’abandon pour 32 ans des recettes du stationnement. Mais avec la restauration collective que de retards accumulés et de déceptions en passant par cette case privée.

 

Je ne compte plus les témoignages de mécontentement des usagers sur la qualité des repas. Je pense bien entendu aux parents d’élèves que je côtoie et rencontre mais également à celles et ceux à qui on ne pense pas forcément : les personnes âgées. Avec la progression de la dépendance, beaucoup de nos séniors doivent faire appel aux services de repas à domicile, quand ils ne sont pas locataires de résidences pour personnes âgées. Que de mécontentements. Il faudra encore attendre près d’un an pour le retour en régie. Pendant cette période, il faudra rester très vigilant quant aux exigences de qualité à avoir envers un délégataire qu’on peut soupçonner d’être encore moins motivé, maintenant. Dès le Conseil municipal de Juin 2014, nous rappelions au Maire de Bergerac que le dossier du retour en régie était prêt avant même son retour aux responsabilités.

 

Nous avions fait appel au cabinet Agriate dont le cœur de métier, justement, était de s’occuper de la restauration scolaire, d’accompagner les collectivités pour choisir le mode de gestion le plus adapté. Fort de son soutien, la commune de Libourne était déjà repassée en régie, par exemple. Nous avions confié au cabinet Agriate la mission de réaliser un audit financier, technique et juridique de la Délégation de Service Public et la réalisation d’une prospective en vue de la reprise en régie. Plusieurs réunions ont été faites avec ce cabinet. En parallèle, nous avions accompagné une réelle démarche de démocratie participative en invitant les parents d’élèves, les enseignants, les représentants de centres de loisirs, les RPA aux côtés d’associations qui avaient une expertise dans ce domaine : Question de Culture, AgroBio Périgord, Mangeons 24, Isle mange bio.

 

Le travail mené par cette commission fut particulièrement important : faire bon en restant en liaison froide, suivre le programme national Nutrition-Santé en respectant la saisonnalité des produits, introduire l’éducation au goût, assurer un approvisionnement local, faire en bio et structurer l’offre des producteurs locaux… Dans un deuxième temps, des groupes de travail furent constitués autour de la thématique de l’approvisionnement local, des investissements matériels nécessaires. Une visite a été faite à Sarlat pour découvrir les locaux et parler avec les responsables de la cantine.

 

En clair, Daniel GARRIGUE avait toutes les cartes en main en arrivant à la Mairie. Il a préféré perdre près de six mois pour tenter de s’arroger la paternité d’un retour en régie que nous avions déjà décidé. Il est aussi parfois important de remettre … les pendules à l’heure.

 

Commenter cet article

artisan paris 26/11/2014 20:49

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.

Cordialement

Wolff 02/11/2014 02:33

De la Scolarest à la Rest- P.S.!
C'est ce qui s'appelle faire une pirouette à 180°ou je me trompe? C'est souvent une habitude chez Daniel Guarrigue que de virevolter comme cela. Je me souviens que, quoique opposé au principe,
il avait, en son temps accepté d'embaucher des contrats jeunes... Il s'emporte souvent à en devenir rouge de colère mais au fond, il a un peu de cœur el toréador Guarriguitto, ollé!...
G.Wolff, toujours socialo à Lalinde.