Insécurité : la forteresse de papier à Bergerac

Publié le par Fabien Ruet

Insécurité : la forteresse de papier à Bergerac

En matière de lutte contre l’insécurité, le Maire de Bergerac sait que notre minorité politique est très éloignée du dogmatisme. Nous disposons dans ce domaine d’une réelle expérience, tant nous avons été confrontés à des situations très difficiles que nous avons réglées avec courage et détermination. Lorsque nous étions aux responsabilités, et dans l’unanimité de nos différentes composantes politiques, nous avons su imposer une politique de sécurité pragmatique et qui avait permis de faire de Bergerac une des villes les plus sûres de France. Aujourd’hui, les choses se dégradent, faute à trop d’agitations, trop de place laissée aux présupposés idéologiques et pas à assez d’actions concrètes. C’est à l’occasion du dernier Conseil municipal que je me suis permis de rappeler à Daniel Garrigue que nous étions très vigilants et que, sans tomber dans la surenchère de la peur, nous étions circonspects sur ses motivations en matière de politiques de tranquillité publique. N’oublions jamais que l’insécurité touche toujours en priorité les plus modestes.

 

Parlons clair. En matière de sécurité, il y a deux manières de se comporter : agir ou s’agiter. Je suis un adepte inconditionnel de l’action parce que je sais trop que l’agitation conduit à accréditer le sentiment d’impunité chez les malfrats et les délinquants. Elle alimente aussi un sentiment contre-productif de peur chez nos concitoyens. En annonçant vouloir créer son propre Comité Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, en doublon d’une structure qui existe déjà au niveau de l’intercommunalité, le Maire de Bergerac se range inévitablement dans la posture de l’agitation. Toujours soucieux de refuser tout lien avec l’agglomération, il en est rendu à créer ses propres structures en parallèle à celles qui existent déjà. Ce n’est pas acceptable dès lors qu’il s’agit de la sécurité des Bergeracois.

 

Ce nouveau comité local n’est qu’une forteresse de papier destinée à donner l’illusion que le Maire de Bergerac pilote la politique de lutte contre la délinquance. A l’heure de la rationalisation de l’action publique, que de temps perdu en réunions alors qu’il faut adapter nos moyens de lutte contre la délinquance aux propres habitudes des malfrats. L’insécurité ne s’arrête pas aux frontières communales. Pour coordonner tous les acteurs de la prévention et de la répression contre la délinquance, il faut éviter de se disperser et poursuivre dans la voie que nous avons tracée dans le cadre du Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance : lutte contre la délinquance des jeunes, prévention des violences faites aux femmes et des violences intrafamiliales, aide aux victimes et amélioration de la tranquillité publique. Sans doute face à la prolifération des établissements de nuits en Centre-ville, conviendra-t-il de se pencher sur le problème récurrent de l'ébriété publique.

 

Que le maire de Bergerac se rassure, il lui reste encore de nombreuses prérogatives. Ses pouvoirs restent importants. Je rappelle que nous avions augmenté les effectifs de la police municipale, développé l’îlotage, créé des brigades en vélos, mis en place un numéro d’urgence pour les commerçants, installé la vidéo-protection à Jean Moulin et renforcer les patrouilles de nuit. Notre politique produisait des résultats parce qu’elle reposait en grande partie sur la dissuasion. Cette dernière est la plus efficace des polices. Alors, fort de ce bilan, je m’interroge aujourd’hui. Pourquoi les agents de médiation ont été supprimés alors qu’ils étaient un rouage essentiel entre les habitants, la police municipale et les foyers potentiels de primo-délinquance ? Je me souviens de l’efficacité quasi immédiate de cette politique sur le quartier de Campréal en 2013. Pourquoi les rondes de nuit de la police municipale ont été réduites de deux heures ? Les statistiques ne justifient pas tout. L’existence de ces rondes avait une valeur dissuasive.

 

Dès lors en matière de sécurité, revenons aux fondamentaux. Dépassons les postures. 

Commenter cet article

Jean-Christophe 26/09/2014 09:11

Salut Fabien,

Créer tout en doublon et aggraver les dépenses publiques que M. L'ex actuel maire voit catastrophique? n'y a t il pas contradiction?

Putain 5ans.........En attendant aucun investissement n'aura lieu à Bergerac pendant 5ans tout rien ne s'etait passé pendant 12 avec M. Garrigue. Ah si pardon! de ne rien faire avait conduit a ce que la bretelle autoroutiere ne passe pas par Bergerac car M. DARCOS s'entendait mieux avec... Gilbert Mitterrand.... Les nids de poules inonbrables dans Bergerac pour avoir amputé de 40% le budget prévu pour les routes, et mettre du caillou lavé en centre ville qui se degrade vitesse grand V et le comble faire les travaux sur les canalisation apres les travaux de surface!!!! sans compter le parking inutile des Carmes qui a conduit a une deviation du Caudeau qui a fait s'incliner l'Eglise Notre Dame! aucune animation l'été, et puis les votes de M. Garrigues sur la alicité à l'assemblée etaient catastrophique! De même qu'en allégeant les fouilles préalables avant travaux publiques! sans compter l'utilisation de la loi Carrez avec des maisons en masse pres du lidl de la routede Bordeaux en bordure de Dordogne! dénaturant le site et d'une laideur incroyable! sans compter les reproche faite à la précédente municipalité d'avoir fait des travaux à Jean Moulin au lieu de passer d'abord Rue Pasteur ..tiens tiesn , là ou il vivrait non????, la gestion du CFA et de l'USB catastrophique de M. Garrigue et promettre tout lors des operation s pied d'immeuble en scribouillant sur un carnet et rien n'arrivait! a si un coup de peinture sur les passages piétons!
Bref stagnation! rien ne bougera a Bergerac et de laisser en l'etat les choses feront que ces 5ans ne serviront a rien sauf a ne degradation de la ville . Tout ce qui restera au bout de 5ans de Maire Garrigue sera ce qui a ete decidé par la municipalité Rousseau!
A quand des morsure sur les membres de l'opposition....au point ou l'on en est.............

Bon courage Fabien! la conquête se prepare maintenant! place a des nouveaux pas a des revanchard comme M. Garrigue qui quand il n'arrivait pas a debloquer la situation avec M. Teullet l'insultait en insinuant que c'est parcequ'il est ..socialiste..... Bref la cata............

Changeons les tètes à Bergerac...place aux Jeunes et au concret et aux priorités!

Wolff 26/09/2014 01:50

Tout à fait d'accord avec toi Fabien! En matière de délinquance rien ne sert de courir, il faut, tous ensemble, partir à point!
- Mieux éclairer les "zones d'ombre".
- Faire cohabiter utilement les diverses forces de police de Bergerac (C.R.S., gendarmes, policiers d'Etat et policiers municipaux).
- Il faut surtout rassurer la population la plus "faible": jeunes, personnes âgées, gens à la sorties de spectacles,...
- étudiants rentrant de Bordeaux par des trains de nuit,etc.
Bref il faut faire preuve d'imagination mais aussi de fermeté!
Gérard Wolff