Bergerac, quand les élus remplacent les fonctionnaires

Publié le par Fabien Ruet

Bergerac, quand les élus remplacent les fonctionnaires

A l’occasion de notre dernière séance de Conseil municipal, avec Jacqueline SIMONNET, conseillère municipale radicale de gauche, nous avons pointé une des dernières inventions de la municipalité de Daniel GARRIGUE : remplacer des fonctionnaires par des élus. Cette légitime interrogation se fait le prolongement des inquiétudes que j’ai pu émettre en Comité Technique Paritaire, suite à une remarque des syndicats sur le non remplacement de nombreux cadres de la mairie. C’est malheureusement la mise en application des conclusions de l’audit livré en juin et une possible remise en cause des conditions de travail au sein de la fonction publique territoriale.

 

Mais revenons quelques jours avant le dernier conseil. Toutes les associations étaient conviées à une réunion exceptionnelle, jeudi 4 septembre 2014, salle Anatole France. C’était un peu la rentrée de la municipalité, et pour faire de la politique quoi de mieux que de taper sur le bilan de ses prédécesseurs. Alors, faisant fi de ses propres choix politiques, l’heure est à l’austérité pour ne pas avoir voulu mutualiser les moyens avec la Communauté d’Agglomération. Les associations qui œuvrent pour le dynamisme de Bergerac seront les premières à en payer les frais. Ce faisant, comme à son habitude, le Premier magistrat improvise dans son intervention. Pour en appeler au sens de l’effort collectif, le voilà qui incite à suivre l’exemple des élus municipaux de sa majorité. Ecoutons-le filmé par Canal Pourpre : "Nous avons réduit le train de vie de la ville, les élus ont accepté de réduire leurs indemnités de manière un peu symbolique de trente pour cent, nous le faisons sur le fonctionnement, nous sommes pratiquement à un point où nous avons réduit à peu près de moitié la charge des cadres dirigeants de la mairie, ce qui veut dire un gros effort en terme d’organisation mais aussi un travail beaucoup plus considérable pour les élus qui sont obligés de s’impliquer beaucoup plus que par le passé, puisqu’ils sont obligés de reprendre une partie de certaines activités qui étaient exercées jusqu’alors par les fonctionnaires."

 

Il n’en fallait pas plus pour que Jacqueline SIMONNET, à juste titre, questionne le maire sur cette nouvelle organisation des services. Les élus se substituent aux fonctionnaires. Par un mode de raisonnement hasardeux, cette question était devenue la conséquence logique de la volonté municipale de s’en prendre aux dépenses de fonctionnement. Lors de la présentation de l’audit financier, j’avais pointé la question des personnels puisque le Maire avait déjà indiqué vouloir réduire l’évolution des charges de personnel. Je devais rappeler que nous avions à faire à des êtres humains. Les agents municipaux ne sont pas des variables d’ajustement. Lorsque nous étions aux responsabilités, nous avions fait des choix. En partant, les effectifs de la ville étaient de 449 agents. Ils étaient de près de 800 en 2007 pour un montant de 19,5 millions d’euros, en baisse constante depuis 2008. Il est toujours facile de vouloir faire plus et mieux mais n’oublions pas les évolutions de carrière mais aussi les contrats aidés et les emplois d’avenir. Je me souviens, dans une période pas si lointaine, où celui qui n’était plus maire s’agitait pour nous dire que nous n’allions pas assez vite et que nous ne faisions pas assez d’efforts pour ces multiples contrats aidés. Près de 70 personnes ont été concernées. Comme employeur public, nous avons rempli une mission sociale qui est aussi le témoignage d’une responsabilité politique pour contribuer à favoriser le retour vers l’emploi.

 

Aujourd’hui, bon nombre de ces agents se sentent menacés dans la poursuite de leur contrat. Certains ont déjà été remerciés. Alors oui, l’audit financier est une posture idéologique. Quant à l’idée même de la performance financière, elle reste une illusion politique. Elle ne résoudra pas le problème du chômage. Elle ne répondra pas non plus à la continuité du service public. Derrière la question des personnels, c’est aussi la nécessaire formation et le renouvellement des générations au sein d’une administration où nous savons que le personnel est vieillissant. Il y aura inévitablement un certain nombre de départs à la retraite qui devront être remplacés parce que le service public l’exige, et par des personnels qualifiés.

 

Je n’avais tout simplement pas imaginé que des élus remplaceraient des fonctionnaires : communication, services techniques,… les exemples ne manquent pas. Et dans tout cela, des agents de base sont livrés à eux-mêmes sous la seule tutelle d’un élu ; atteinte fondamentale à la neutralité de la Fonction Publique Territoriale et danger d’isolement des agents. Nous devons suivre avec attention cette situation. Je m'y efforcerai comme représentant de la minorité municipale au sein du Comité Technique Paritaire.

 

Commenter cet article

Wolff 02/10/2014 02:39

Cher Fabius,
Pardon mais j'ai voulu écrire Fabien et mon P.C. s'est trompé (ce n'est qu'une machine conçue pour faire plusieurs choses à la fois, rapidement mais bêtement).
Je partage à 100% tout tes arguments. J'ais été presque toute ma vie fonctionnaire d'Etat et même durant mes études universitaires j'ai du travailler (moniteur à la Fac: Institut de Géographie, animateur socio culturel dans une immense cité scolaire (Lycée, L..E, P., Collège) enseignant en Tunisie et en France durant 5 ans...puis inspecteur et directeur de la Jeunesse et des Sports. Je sais combien il faut savoir rester équitable mais pas neutre, travailler avec les maires de quelque bord politique qu'ils soient...Mais j'ai toujours agi en plein accord avec ces élus à la condition que leurs projets "tiennent la route". Je me souviens avoir ainsi agi avec Daniel Garrigue pour l'extra scolaire et la mise en place d'emplois jeunes, avec les maires de Trélissac, de Boulazac (grand bâtisseur) et de Sarlat ou Périgueux quand ils présentaient de bons dossiers...et il y en eut assez souvent.
Donc ce n'est pas à l'élu de faire le travail du fonctionnaire des collectivités locales mais il doit lui donner ses ordres et lui faire confiance.
Gérard.

Prieto 17/09/2014 22:03

au moins dans vos positions politiques actuelles, vous démontrez dans cet article, la force et l'esprit combatif qui vous animent et je l'avoue, j'aime à retrouver ce Ruet que j'aime et qui peut se distinguer du lot

Boëdec monique 16/09/2014 16:50

Un élu n'a pas forcément les compétences d'un fonctionnaire .. et il n'est je pense pas là pour usurper un travail qui ne lui revient pas ...
Il s'agit effectivement d'une atteinte fondamentale à la neutralité de la Fonction Publique Territoriale
suivez avec attention , et soyez vigilant à l'encontre de cette situation ..
Cordialement ..

bruno delpech 16/09/2014 10:25

malheureusement c'est une des réponses classiques des élus de droite qui souhaitent faire de fausses économies....

Wolff 16/09/2014 03:22

C'est un peu le monde à l'envers dans cette nouvelle mairie! Les élus ne le sont pas forcement, loin de la, sur leurs compétences...Qui est capable de prévoir un budget, un fonctionnaire spécialisé et non un adjoint ! Un seul me parait compétent c'es l'ancien chef de la subdivision de la DDE de Bergerac. J'ai pas mal travaillé avec les responsables sportifs mais je n'rais jamais entendu parler de l'adjoint...J'ai l'impression qu'un seul homme gouverne, ces Daniel Garigue..
Ce n'est pas en remplaçant les fonctionnaires municipaux compétents et aux service des élus que la ville de Bergerac avancera!
G.WOLFF