Le temps d'après, billet de l'opposition

Publié le par Fabien Ruet

Le temps d'après, billet de l'opposition

 

Voilà déjà plus d’un mois que nous avons cessé nos échanges par le biais de ce blog. Il fallait laisser passer le temps de la campagne officielle et puis vint le verdict des urnes : impitoyable, cruel sûrement, mais s’imposant à tous. Alors, sans doute un temps de silence était nécessaire. Avouons aussi que l’envie d’écrire n’était plus là ; le plaisir, non plus. Et puis écrire pour dire quoi ? Je n'éprouve pas le besoin, pour le moment, de participer à un débat beaucoup trop précoce où l'analyse de chacun s’efforce de trouver le bon argument. Entre méthode Coué, déni de la réalité ou séance d’auto-flagellation, le moment n’est pas encore totalement venu pour comprendre les raisons de l’échec électoral du 30 mars dernier. N’ayez crainte, nous y reviendrons. Pour l’instant, il fallait, comme pour mes six autres collègues de la nouvelle minorité du Conseil municipal de Bergerac, se préparer à assmer nos nouvelles responsabilités. Voici venu le temps d’après, le temps de l’opposition.

 

L’opposition est l’essence de la démocratie. S'opposer pour s'opposer n'est pas dans ma nature. Ce n'est pas un état d'esprit utile pour les Bergeracois, dans les 6 prochaines années du nouveau mandat municipal. Il faut s'expurger de ses états d'âme, oublier la déception et surmonter la frustration de l'arrêt brutal du suivi et de la gestion de dossiers qui pouvaient nous tenir à coeur. Il faut respecter le verdict des urnes. Il faut respecter la confiance des électeurs qui nous ont apporté leurs suffrages et vis-à-vis desquels nous avons le devoir de les représenter dignement. Nous devons faire entendre une voix : celle d'une minorité politique qui a vocation à redevenir majorité. Pour ce faire, notre programme était suffisamment détaillé pour pouvoir juger du bien-fondé des dossiers qui seront soumis à notre approbation. Dans la mesure du possible, nous devrons nous attacher à être force de propositions. Mais l'essentiel du travail de l'opposition est de faire vivre la démocratie locale. Sans notre voix, il n'y aurait pas d'expression de la différence légitime. Seule, cette dernière, donne tout son sens à la démocratie. Il ne faut jamais laisser seule une majorité. Il faut savoir lui porter la contradiction utile pour que, de l'échange, l'intérêt général puisse se dégager. La chose n'est pas facile, souvent vaine, parfois ingrate mais il faut assumer cette nouvelle responsabilité.

 

Humilité et écoute. Il faut aussi savoir tirer toutes les leçons d'un échec politique. C'est le prix à payer pour avancer mais également pour gagner en maturité. Après le temps du silence, le temps d'après est bien celui d'assumer toutes ses responsabilités. Le temps viendra pour analyser et comprendre les raisons qui nous ont conduit à perdre la mairie de Bergerac. Sans doute, faudra-t-il encore attendre le verdict des élections européennes de la fin du mois pour mesurer tout l'impact des enjeux nationaux sur le vote de mars dernier. Dans tous les cas, les explications du vote sont toujours à rechercher dans une conjonction de facteurs. Il est nécessaire de reprendre le bâton du pèlerin, débarrassé des oripeaux du gestionnaire politique. Avec humilité, il faudra savoir écouter pour mieux comprendre le message des électeurs. C'est à cet exercice que nous sommes déjà quelques-uns à vouloir nous consacrer.

 

Il est indispensable de passer par cette méthode d'humilité et de courage si nous voulons être en capacité de faire émerger une alternative crédible et durable à l'actuelle majorité municipale hétéroclite. Nous devons jeter les bases, dès le stade de la reprise de contacts avec les citoyens, d'une nouvelle gouvernance pour préparer 2020. Chaque bergeracois devra y prendre toute sa place. C'est le prix à payer pour mettre en oeuvre un contrat de confiance, fondé sur plus de démocratie participative directe.

 

Publié dans Bergerac, Parti Socialiste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sylvie LAVERGNE 14/05/2014 17:59

Bonjour Fabien,
Oui le passé est le passé et laissons le derrière nous. En effet, ce fut un échec mais toujours porteur de leçon de la vie. Il faut penser à l'avenir de Bergerac et surtout du monde rural qui en a bien besoin. Il y a beaucoup à faire.

- Oui pour une redynamisation des territoires.
- Oui pour les projets validés et en cours sur Bergerac (si adversité, alors peut-être penser au monde rural de proximité). A voir, A analyser peut-être ?
- Oui il faut accepter l'expression de la différence légitime et avoir de l'humilité après le chemin parcouru mais bien souvent c'est dans des occasions comme celle là que nous pouvons mettre en application.
Je comprends que les nouvelles responsabilités a assumer sont semées d'embûche et je sais bien Fabien que ce n'est pas facile pour vous mais c'est souvent dans la difficulté et la contradiction qu'on ne lâche rien et qu'on avance. Alors moi, j'en suis sûr maintenant, il faut continuer et ne rien lâcher des phases importante se dessinent à l'horizon. Nos territoires vont très certainement bouger avec des changements important qui se profile.Des transferts de compétence qui vont déstabiliser toutes la vie politique et démocratique de notre ville et des citoyens. Mais il faut accepter le changement, c'est l'horizon 2020.
C'est pourquoi il faut continuer et le moment voulu et j'y crois sincèrement, nous serons tous derrière vous, comme avec M. ROUSSEAU et nous serons toujours là près de vous deux.
Une nouvelle étape se dessinera le moment opportun et l'avenir parlera en votre faveur.
En attendant, il faut être fort, combatif et surtout avoir une humilité et un savoir faire de renom comme ont dit chez moi.
Je vous souhaite beaucoup de courage et je suis de tout cœur avec vous.
Une pensée bien à vous de Saint-Sauveur.

Boedec Monique 08/05/2014 00:30

Bonsoir Fabien ... Un plaisir de te retrouver ... vois-tu Moi je remplace Bergerac Par Périgueux Et je suis en accord total avec toi ... Nous sommes dans le même bateau qui s'appelle PS et nous avons le même verdict des urnes : impitoyable,et cruel ...Et les les mêmes Questions ....
Amicalement ...

jean-christophe 07/05/2014 19:53

Moi qui suis desormais sur Paris et qui redescend parfois a Bergerac je peux dire que la ville a change. Rou5es impecables alors qu avant j en evite certaines et meme bcp! Restauration du centre historique. Ville d art et d histoire espace Mitterrand. Et bien evidemment le desendettement car la ville risquait la tutelle. Donc une fierte de trouve enfin une ville transformee sans parler de la surveillance de la police parking de la clinique pasteur . Video surveillance dans la cours d ecole jean moulin et la renovation de celle ci alors que l actuel maire souhaitais que le boulevard pasteur qui passe devant chez lui soit fait en 1er. L eclairage de la ville. Service de mediation plan de circulation. Rue de la resistance magnifique. Contournement ouest excellent. Universite route de Sigoules. Et tte l annee des animations! Flamenco bandas. Table de cyrano revigore avec concours emulatoire entre chef avec pduits frais et pas cher! Resolution des pblemes du cfa de la moulette. Lycee des metiers et redressement de l usb...et deblocage destravaux des galeries etc

Je cite cela car le travail real8se est immense et la ville est devenue magnifiqie enfin

Mais aussi pour dire que helas comme pour Jospin on ne gagne jamais sur un bilan... et pdt les campagne tt repart a zero.... et le probleme du ps bergeracois et sa trop grande modestie alors que ce boulot aurait du etre mille fois en avant! De meme que lorsque je descendais le reproche etait que les bergeracois voulais plus voir le maire. Donc vendre vendre vendre ce qui est fait. Et aussi attaquer l adversaire dans des tracts.ce qui manquait bcp. Une election est une bataille. Ici a paris a la moindre fete le maire ou un adjoint est present!!! Et vente le projet. Donc venter les realisation et attaquer l adversaire.

Aussi le contexte national n a pas aide et g eu de la peine pour mon pays bergeracois et ma section d origine. Mais six ans passe vite et l intelligence et la jeunesse de notre cote!!! Bravos fabien et a tous! Et bravos pour l agglo ou garrigue recommence son cirque a savoir c est pas ma faute mais celle de l autre.. lol donc l agglo est un outil qui permettra aussi a la reconquete!!!!

didier 07/05/2014 00:20

Cher Fabien,c'est avec plaisir que je retrouve ton blog vivant ...Il va falloir que tu choisisse entre le je et le nous ...

Françoise LACOMBE 06/05/2014 22:36

Le jour où certains élus du Parti Socialiste, auront le courage de quitter le PS non pas parti de gauche, mais parti au service de la droite, et parti de droite, alors, peut-être le PS (l'autre) regagnera les villes perdues (162, c'est un échec de la politique de droite menée par F. HOLLANDE) où les français ne voient aucune différence entre le politique de N. SARKOZY et celle menée par F. HOLLANDE- Ce sont ces décisions là qui ne sont pas des décisions de gauche, comme mentionnées lors des Présidentielles, qui déçoivent profondément les français, et les pousse vers des votes extrêmes, car disent-ils - la droite ou la gauche c'est pareil. Non ce n'est pas pareil, car le PS actuel n'est plus un parti de gauche, mais un parti de droite, droite.... à méditer. Le mal a été fait profondément, si bien, que le citoyen a du mal à croire, qu'il existe encore une vraie gauche dans ce pays. Cacher aux citoyens les dangers du GMT (TAFTA) est encore une énorme erreur de cette gouvernance, qui fera basculer le pays et l'Europe dans des votes extrêmes, mettant à très très mal, l'avenir du pays, de l'Europe et de nos jeunes. Je crois qu'il est temps, tant que notre République existe encore, avant d'être engloutie par les multinationales du GMT, que nos élus, pensent avant d'aller à l'abreuvoir pour "gagner plus" de se ressaisir, de penser à notre République, à tous ceux qui ont donné leur vie, pour que d'autres puissent vivres libres, qu'ils sont entrain de piétiner toutes ses valeurs chèrement acquises et qu'avant de brader la FRANCE aux multinationales le peuple a son mot à dire. Retenez une chose, si aux Européennes, il y a une majorité d'élus favorables au GMT, alors les élus vont compter leurs jours, car, petit à petit, mais rapidement, le privé (multinationales) n'aura plus rien à faire des élus, maintenant qu'elles ont le pouvoir, elles se passeront des politiciens. C'est un très mauvais calcul qui est fait, car il n'y aura plus de République, et qui dit plus de République, dit plus de politique, à cogiter et à méditer.....