Un pôle intermodal pour dynamiser Bergerac 2/2

Publié le par Fabien Ruet

Un pôle intermodal pour dynamiser Bergerac 2/2

 

Nous terminons aujourd'hui avec ce deuxième volet consacré au chantier de requalification de la gare. Maintenant que la notion d'intermodalité n'a plus de secrets pour vous, il faut replacer ce chantier dans une dynamique plus globale à l'échelle de la ville. Vous êtes habitués à cette approche plus globale en matière d'aménagement urbain. Disons qu'il s'agit d'un effort que nous avons essayé d'accomplir dans la structuration de nos politiques. L'aménagement de la gare était un travail de couture au servie de la redynamisation du centre-ville. Il était également une contribution à l'attractivité plus globale de notre ville.

 

Réduire la fracture territoriale entre le Centre-Ville et un quartier périphérique.

 

L'intermodalité avait pour objectif de favoriser les déplacements doux et de mieux connecter le quartier périphérique de la gare au Centre-Ville. Cette optique a été renforcée par les choix de matériaux afin de réduire le sentiment de fracture territoriale. Les matériaux, le mobilier urbain et les végétaux ont été retenus avec soin de façon à créer un rappel avec ce qui peut être utilisé en cœur de ville.

 

Les revêtements nobles ont été retenus. Le béton désactivé a été réservé à l'usage exclusif des piétons, à l'identique du traitement de l'esplanade de la Place de Lattre de Tassigny au coeur du centre-ville. Le revêtement de la chaussée est du béton bitumineux, tranchant avec l'asphalte retenue pour le revêtement des pistes cyclables.

 

La végétalisation de l'aménagement se devait d'être aussi un trait d'union entre le centre-ville et le quartier de la gare, une référence au patrimoine paysager de la Ville (4 fleurs au concours national). 10 arbres on été plantés afin d'agrémenter l'aménagement de la gare, 5 lagerstroemias, arbre symbole de la tradition pépiniériste à Bergerac, 4 Aces Rubrum Armstrong et 1 Quercus Ilex. Il s'agit des variétés identiques à celles du Centre-Ville.

 

La Gare de Bergerac, porte d'entrée de la ville lumières en Périgord.

 

Bergerac, de par son positionnement topographique, est la porte d'entrée du Périgord. La gare SNCF est souvent la première image d'une ville. Le quartier de la gare, comme tout endroit de passages, était parfois associé à un sentiment d'insécurité. La Ville de Bergerac a souhaité intégrer cet aménagement à son projet de Plan Lumière destiné à :

 

  • mettre en valeur la diversité de son patrimoine dans le cadre de l'obtention du label Ville d'Art et d'Histoire,

  • sécuriser les interventions de ses agents techniques,

  • pratiquer des économies d'énergie dans le cadre de son agenda 21,

  • contribuer à l'intermodalité par des cheminements lumineux spécifiques,

  • réduire le sentiment d'insécurité en proposant un traitement lumière adapté à l'ensemble du site.

     

La façade a été mise en valeur par un traitement lumineux spécifique qui facilite la visibilité des cheminements vers les différents modes de transport proposés à la sortie de la gare. L'objectif était d'éliminer toute pollution lumineuse et de concentrer la lumière vers le sol pour faciliter l'accès des voyageurs en toute sécurité.

 

Dans une logique durable, le système d'éclairage installé permet de diviser par 5 la consommation électrique. (les lampes à iodures métalliques ont été remplacées par des leds). Par ailleurs, la longévité de ce système sera multiplié par 10 soit plusieurs années d'économies.

Un pôle intermodal pour dynamiser Bergerac 2/2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le Bail 04/12/2013 10:12

Pour favoriser les déplacements "doux"qui ne sont pas réservés aux "bobos", il faudrait songer à concrétiser le projet de reconstruction de la passerelle SNCF. Demandez donc leur avis aux riverains de la rue des Vaures par exemple...

WOLFF 04/12/2013 10:49

Vous avez surement raison car mon sens critique trop aiguisé me fait dire des choses telles que " le vélo aux bobos et l'auto aux prolos", en sachant que c'est injuste pour tous les employés et ouvriers que je ois souvent sur lalinde ou vers l'ex poudrerie arriver au boulot en vélo.
G. Wolff

WOLFF 01/12/2013 12:37

On est toujours dans la même logique. mais il faut savoir que pour se garer, celà devient de plus en plus "galère" à Bergerac!...Et comment faire ses courses sans pouvoirs se garer, surtout en période de soldes?....Résultats j'ai pu faire d'excellentes affaires dans un commerce de Creysse vendeur d'équipements sportifs!...Et dans tout celà, les transports doux sont, à mon avis,"un leurre" qui concerne quelques bobos aptes à marcher ou à faire du vélo"...
Désolé mais c'est la "vraie vérité" que je dit ici...
G.Wolff, toujours socialiste à Lalinde.