La place de l'Europe à Bergerac : un carrefour incontournable

Publié le par Fabien Ruet

La place de l'Europe à Bergerac : un carrefour incontournable

 

Comme nous l’indiquions, à l'occasion de notre dernière chronique consacrée à la place de l’Europe, ce nouveau chantier revêt un enjeu stratégique de toute première importance pour les déplacements à l’échelle de notre ville. S'il s'agit d'un carrefour important pour canaliser la circulation automobile en provenance de l’autoroute, la place de l’Europe s’inscrit également dans un contexte beaucoup plus large où elle devient un espace stratégique sur l’axe Nord-Sud de notre commune. C’est enfin une nouvelle entrée touristico-commerciale du centre-ville de Bergerac.

Un carrefour incontournable entre les quartiers Nord et le centre-ville. Parler de l’axe Nord-Sud à l’échelle de Bergerac est le produit d’un long travail de réflexion et d’observation sur les logiques structurantes de notre ville en matière de déplacements. Le développement de Bergerac sur cet axe est à la fois le produit de l’histoire et des logiques plus récentes d’expansion urbaine. Renouer avec l’axe Nord-Sud n’est pas seulement un clin d’œil au chemin cultuel des pèlerins, c’est aussi la tradition du développent de notre ville et de son étalement vers le Nord. L’aménagement de la place de l’Europe prend tout son sens après les travaux importants que nous avons réalisés pour connecter les quartiers Nord de Bergerac. A quoi bon avoir casser les ghettos pour ne pas désenclaver complètement les zones les plus excentrées du Centre-Ville ? Il faut dire que notre topographie nous conduit à devoir lutter contre la coupure de la frontière artificielle de la voie de chemin de fer et de la frontière plus naturelle du Caudeau. Les travaux sur la requalification de la rue Saint Martin et de la rue de la Boétie furent nos premiers chantiers en Centre-ville. Il s’agissait bien de marquer cette connexion entre les quartiers Nord et le centre de Bergerac. Il restait encore cet obstacle du bout de la Place Gambetta. Aucune municipalité n’avait jamais souhaité s’attaquer à ce délaissé urbain : un parc à stationnements peu accessible, un arrière de monument à la mémoire de la résistance et sa flamme oubliée du souvenir, des containers à verre comme seul élément de paysage et une profusion de signalétiques. Bref, après le réaménagement des quartiers Nord dans le cadre de l’agence de Renouvellement Urbain, après la rénovation des rues de La Boétie et de Saint Martin, après la requalification du boulevard Jean Moulin, traiter la place de l’Europe était la conclusion logique de notre politique d’aménagement urbain menée depuis 5 ans.


 

Une entrée du Centre-ville. La nouvelle Place de l’Europe peut s’imposer comme la porte d’entrée naturelle du Centre-Ville touristique et commercial de Bergerac. Pour se rendre compte de cette ambition, il suffit d’observer les habitudes de déplacements des nombreux piétons qui viennent des quartiers Nord et qui empruntent la rue de la Boétie, comme ceux qui ont laissé leurs voitures aux Seigneurs capitaines ou sur la place Coluche et qui vont vers le centre, à pied, via la rue Saint Martin. Quelle difficulté pour le pauvre piéton que de tenter l’aventure de la traversée des boulevards pour se diriger vers la Place Gambetta. Mettons-nous, un instant aussi, à la place du touriste automobiliste qui vient de l’autoroute. La Place de l’Europe doit devenir une belle entrée pour marquer le Centre-Ville. Les façades des hôtels se laissent mieux appréhender dans la nouvelle configuration de la place tandis que le piéton devient prioritaire sur le cœur du giratoire. Le cycliste n’est pas oublié puisque ses déplacements sont sécurisés dans des voies spécifiques et matérialisées. Le monument à la Résistance se dévoile, trouve enfin la majesté qu'il convient au lieu en trouvant également un débouché sur la nouvelle place aménagée à cet effet. La flamme du souvenir y prend tout son sens, dans le respect et le devoir de mémoire qu'impose un tel lieu. Après les traumatismes de la guerre, le souvenir de la Résistance méritait d’être mis en valeur comme pour mieux souligner la promesse de l’Europe dont l’appellation de la place trouve ainsi toute sa légitimité.

 

Publié dans Déplacements urbains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

WOLFF 31/10/2013 11:49

Tout à fait logique et empreint d'une vaie vision d'avenir mon Fabien. Pour tous ceux qui ne seraient pas contents, mon père disait "Il faut laisser les loups hurler avec les loups!"... Rigolo compte- tenu de mon Nom!...
G Wolff (mon père m'appelait son p'tit loup!)